Regain du sang

A partir de 19


Accompagnement plastique : Hubert Damon

20 exemplaires tirés à part sur Vergé
au format 22 x 16 cm, rehaussés d’une aquarelle en frontispice de Hubert Damon

600 ex. sur Bouffant édition.

Effacer

Description

Le livre

Non l’éclat du sang versé, mais cette gaîté des venues au monde – regain, seconde clarté, celle qui vient après que la chair à travers les saisons a livré son premier élan, ses flambées éclairantes. Il surgit comme le dernier rayon qui, passant les cimes après l’orage, jette soudain la vallée en pleine lumière. Ce qu’il inaugure ici ou ailleurs, les mots peut-être s’en souviennent.

La terre brisée où je te retrouve – tes mains puisent à mon visage et j’ai cessé de mordre le vent dans tes cheveux – cette terre de sacre, de couleurs avides d’ombre tendre compte ses failles avant boire. Un peu de feu nous tient à distance. Des armes dorment près de nous qui ne sont pas les nôtres.

Soudain cette hâte à rompre les fruits sur l’étal au plus cru sous le ciel, et dans la pulpe la lumière fraye – nous sommes avec l’eau courante le sucre sur la peau, celui que la faim oublie, qui réveille les langues. Nous prendrons le chemin à l’heure où l’horizon vacille, avec ce goût d’orge dans le désert de nos gorges.


La critique

Le lyrisme d’Emmanuel Damon se distingue par l’abondance, l’austérité de son discours, qu’il soit versifié ou prose. Regain du sang, titre à valeur programmatique, exprimerait la visée de cette poésie : disons une intensification du vivant, par son exposition aux éléments, à la peinture, à l’amour. « A haute mesure », qui intitule la cinquième section, dirait l’exigence d’une parole qui entend parler un ton au-dessus, mais qui reste encore captive d’un lexique, d’une syntaxe, d’une rythmique où l’influence, voire l’emprise, de certaines grandes voix se fait constamment sentir. De même, quand il s’agit de dire la rencontre des corps. Il entre trop de convention dans ce discours amoureux. Ainsi, dans la section intitulée « Mon florilège ma dévorée » : « Ton souffle à mon souffle est fracas de rivière ». Dans l’énoncé métaphorique auquel le poème s’abandonne, rien n’émerge, ni ne résiste plus, à la lecture.

Christophe Mescolini, ccpM sept 2013, p. 217

Caractéristiques

exemplaire

courant, de tête

isbn

979-10-90836-09-9

parution

Auteur

DAMON Emmanuel

Artiste

DAMON Hubert

Collection

Poésie