Téphra

16


Nouveau recueil d’Irène Gayraud chez Al Manar (après « Voltes » en 2019). Gravures de Bouchaïb Maoual, plasticien marocain fixé à Marseille – qui grave avec l’audace de nos grands ancêtres. Tirage de tête en préparation.

Description

Irène Gayraud, à propos de « Téphra » :

« Téphra » : le terme vient du grec (τε ́φρα) et signifie « cendre » : il désigne en français la cendre volcanique, éjectée du volcan lors de l’irruption. Mais c’est à mon oreille presque comme un mot magique.

« Téphra », car ce recueil très minéral est né d’une résidence d’écrivain au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, où j’ai pu suivre pas à pas le scientifique Hervé Guillou, dont les travaux portent sur la datation des roches volcaniques. Dans son laboratoire, d’autres travaillent sur la datation des glaces, des grottes… à la recherche d’une compréhension du monde, d’une manière de l’habiter qui n’est pas si éloignée de celle de la poésie. Le recueil retrace à la fois les expériences des scientifiques et une expérience intérieure, intime, liée aux pierres.
Hervé Guillou a bien voulu écrire une petite postface pour le recueil, et je l’en remercie.

Un bref extrait, sélectionné par l’éditeur :

« Rien ne me
garde du froid qui me
balafre me travaille depuis
avant les souvenirs
que moi-même.

Veilleuse même
prise dans le pergélisol
rouée dans l’étau de l’air glacé
cherchant du gel le pouvoir de brûlure. »

Caractéristiques

format / papier

13 x 19

exemplaire

L'un des 500 ex de l'édition originale

isbn

978-36426-243-0

nombre de pages

64

Auteur

GAYRAUD Irène

Artiste

MAOUAL Bouchaïb