Les Coplas du jeune homme amoureux

A partir de 16


Cet ensemble de « Coplas », très brefs poèmes composés sur le modèle andalou, rend hommage aux femmes – femmes aimées, femmes désirées ou convoitées.
Chaque quatrain exalte l’un de ses attraits, ou bien un moment passé à ses côtés…

Anick Butré a gravé sur cuivre la couverture et les images qui accompagnent le texte d’A. Memmi.

30 exemplaires tirés à part sur vélin d’Arches
au format 28 x 20 cm, rehaussés de 5 gravures originales en pleine page
et d’une sixième gravure contrecollée sur le premier plat de l’emboitage par A. Butré.

Effacer

Description

La préface d’Albert Memmi

J’ai raconté comment, sous la prédominance de l’islam, mon pays natal était  riche de communautés diverses :« une salade composite » ironisions sur nous-mêmes. Cependant, je ne me souviens pas avoir suffisamment mentionné l’épice espagnole.
Adolescents, nous avions l’habitude de nous réunir, les fins d’après-midi, au petit square poussiéreux de l’avenue de Paris. Outre les vantardises de rigueur à cet âge, sur l’instigation de notre unique camarade catalan, Luis Gomez, le seul chuchotions-nous, qui avait eu une vraie liaison avec une femme, et qui pour cela nous regardait de haut, chacun apportait sa copla. Nous nous critiquions, nous proposant des ajustements réciproques.
La copla, à l’instar des haïkus japonais ou de nos propres dictons rythmés, est une courte pièce espagnole de trois à cinq vers, le plus souvent adressée à une femme aimée ou convoitée. Loin de lui nuire, sa brièveté en augmente l’intensité et lui permet d’être lue ou entendue, parfois chantée, par le grand nombre. Comme l’acte d’amour, le poème est fondamentalement quelques saccades, le reste est remplissage.
J’ai recueilli ici uniquement ceux qui parlent d’amour, la plupart en vérité, puisque c’était notre préoccupation principale. Ainsi rassemblés les coplas forment un tableau des rapports entre femmes et hommes, avec leurs attirances et leurs drames, leurs tendresses et leurs dépits. Certains se répètent, mais il en était ainsi dans nos rencontres.
Je me suis toutefois permis de les repasser dans un même moule : des vers de six pieds, dont le rythme me convient et convient je crois au lecteur francophone, ne serait-ce que parce qu’ils forment les moitiés de l’alexandrin, auquel nos oreilles sont habituées depuis l’école. Je n’y ai pas toujours réussi ; on trouvera ça et là quelques exceptions de huit et même de sept pieds, lesquels me semblaient s’imposer.
Le quatrain m’a paru également la forme la plus appropriée, deux par deux. Je n’y ai pas toujours réussi non plus. En revanche j’ai renoncé aux rimes qui exigent souvent des sacrifices au détriment du sens.
Que le lecteur me pardonne mes insuffisances. Le plus important était de trouver une adéquation entre une émotion et une forme ; ce qui, ai-je déjà noté, est peut-être la meilleure définition de la poésie.


 

Caractéristiques

exemplaire

courant, de tête

isbn

979-10-90836-13-6

parution

Auteur

MEMMI Albert

Artiste

BUTRE Anick

Collection

Poésie