{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Mohammed BENNANI

oeuvres , expositions personnelles , expositions collectives , critique

Mohammed Bennani, dit Moa, est né à Tétouan le 12 décembre 1943. Licence en Arts plastiques, peinture, gravure, de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Paris. Depuis 1962, de nombreuses expositions au Maroc et à l’étranger.Vit et travaille entre Paris et Rabat.

Une oeuvre parmi tant d'autres

Les œuvres de Mohammed Bennani sont présentes dans de nombreuses collections publiques et privées au Maroc, en France, en Espagne, en Irak, en Tunisie, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Italie.

Expositions personnelles

1978 :
Galerie Delacroix, Tanger
1980 :
Hôtel Pyramides, Fuengirola, Espagne
1981 :
Hôtel Les Almohades, Tanger
1982 :
Hôtel La Mamounia, Marrakech
1983 :
Galerie Art-NOLD, Nice
1984 :
Galerie nationale Bab Rouah, Rabat
1985 :
Galerie L'Atelier, Rabat
1986 :
Musée Batha, Fès
1987 :
Galerie L'Atelier, Rabat ; Galerie Cimaise, Besançon, France ; Galerie Bertouchi, Tétouan
1989 :
Galerie S.Sandoz, Cité internationale des Arrts, Paris ; Galerie Bernanos, Paris
1990 :
Galerie E.Dinet, Paris
1991 :
Galerie Théa Fischer-Reinhardt, Berlin ; Galerie Espace de la Victoire, Paris ; Eggee art Gallery, Londres
1992 :
Galerie de l'Ecole des Beaux-Arts, Lorient (France)
1993 :
Galerie nationale Bab Rouah, Rabat ; Galerie Flandria, Tanger
1995 :
"Images extrêmes", Galerie nationale Bab Rouah, Rabat
1996 :
Festival des Musiques sacrées du monde, Musée Batha, Fès
1997 :
51ème Salon de Mai, Paris ; galerie Al Manar, Casablanca
1998 :
Stefania Pandolfo, University of California, Berkeley (USA) ; Galerie nationale Bab Rouah, Rabat ; Soni Gallery, Londres ; La Peña de los Monteros de Granada, Grenade (Espagne)
2001 :
Galerie Al Manar, Casablanca


Ludmilla Jibril et Mohammed Bennani

Expositions collectives récentes

1991 :
Il Sud del Mundo (ENTE, Mostra Nazionale di Pittura), Marsala, Italie
1993 :
Rencontre et culture, journée du Maroc à l'UNESCO, Paris
1995 :
La Peinture marocaine dans les collections françaises, BMCE, Paris ; "De la calligraphie au signe", Espace Actua, BCM, Casablanca
1996 :
"Le Maroc à Monaco", Espace Roccabella, Monaco
1997 :
Salon de mai, Paris
1998 :
"Hommage aux peintres pédagogues", Espace Actua, BCM, Casablanca

 

Critique

"Dans sa peinture reposent toutes les couleurs et tous les langages de la peinture, les forces, les vérités et les mots."

Carmine BENINCASA

Mes paysages intérieurs

"Ma peinture, mes objets peints sont l’expression de mes idées, de mes pensées, de mes émotions et de mes sentiments.

Mon monde intérieur, face au monde extérieur.

Chaque jour je crée, je peinds, je sculpte, je dessine, je colle… Mon travail est un compromis avec mon époque et aussi avec mon vécu, et un compromis avec la peinture elle-même ; c’est un compromis qui remplit complètement ma vie.

Ma peinture exprime ma fascination permanente devant la beauté de la nature, des gens et des objets….

Je ne suis jamais parvenu à retenir le flux de sensations que fait naître en moi le monde, mais j’ai appris à le connaître et à le reconnaître."

Mohammed BENNANI
Rabat, janvier 1999

Un poète disait que dans un poème il y a des phrases qui ne semblent pas avoir été créées, mais qui semblent s’être formées.Est-ce cette même parole qui réveille, dans les puissances dormantes et cachées, les voix de lumière qui jaillissent des plus récentes œuvres de Bennani ? Ce qui était d’abord l’absence à l’apparent s’exhale maintenant en une texture de lumière sur ses toiles, une patine de couleurs sur ses bois, comme un fond primordial en attente de cette voix que formule son geste, qui fait signe en une peinture.Et c’est par cette opération — une peinture qui "nous parle" — que notre propre regard fait l’épreuve de reconnaître en lui un peu de sa poésie, un peu de sa vie.

Alain Macaire, 1989

L’aspect "naturel" [de ces toiles] doit être entendu au sens où la Nature elle-même, ciel, mer, sable, terre, semble présente dans ces toiles ou ces bois.Un "matiérisme", digne d’un Tapiés, par exemple, est constitué de pâtes épaisses, retravaillées, en grattages, en rayures ou en incisions.Elles se plissent et se rident jusqu’à évoquer soit l’aspect rêche d’un mur ou celui, plus souple, d’une draperie (…).

Mais c’est la couleur surtout, sous forme des fonds nuancés et dégradés de brun et de bleu, des contrastes d’ombre et de lumière, des rehauts de blanc comme une griffe, des morsures soudaines du rouge sanglant, qui séduit dans ces œuvres spontanées, mais complexes, riches d’empreintes, mais cependant sobres, en un mot présentant tous les caractères de la sincérité.

Simone BONNARDIN, La Cote des Arts