{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

EL BEKKAY

expositions récentes , foires internationales , critique

Khalid El Bekkay, né à Casablanca en 1966. Il vit et travaille à Barcelone (Espagne) depuis 1991.

Etudes et Formation artistique:

1990 Institut supérieur des Beaux Arts, section Peinture, Maroc.Stage de gravure au Centre Culturel Français de Tétouan.

1995 Faculté des Beaux Arts, section gravure, Barcelone

1997 Centre d’art contemporain Piramidon, Barcelone.

Prix:

1997 Finaliste du IIIè Concours de Peinture, Galerie Manel Mayoral, Barcelone.Finaliste de la XXXè Biennale de Peinture, Galerie Anquin’s. Reus, Tarragone

1995 Troisième Prix de Peinture Carlos Gallegos, Tetouan

1994 Mention d’Honneur au Concours de Peinture de Sitges

1990 Premier Prix de Peinture "Paysages de Tétouan", Tétouan

Expositions récentes

1996

Galerie ArtBox, Barcelone ; Galerie Manel Mayoral, Barcelone ; Centre Bonastruc, Girona ; Galerie Cargo, Marseille ; Supermarché d’Art, American Prints, Barcelone-Madrid.

1997

African Muse Gallery, Paris ; Galerie Atelier, Barcelone, Galerie Contraste, Barcelone ; Supermarché d’Art, American Prints, Barcelone-Madrid ; Galerie Anquin’s. Reus, Tarragone ; Galerie ArtBox, Madrid-Barcelone-Londres ; Galerie Manel Mayoral, Barcelone ; Galerie Espai Blanc, Barcelone ; Galerie Ricard, Terrassa ; Œuvres sur papier, Marc3, Barcelone ; Galerie Artnau, Girona (exposition personnelle) ; Fondation Caisse de Grenade, Grenade

1998

Galerie Artnau, Girona ; Galerie Canals, Sant Cugat del Vallès ; Livre d’artiste, Galerie Espai Blanc, Barcelone

Foires internationales

1997 :
Arte+Sur, Grenade ; Artexpo, Barcelone ; Interarte, Valencia
1998 :
Artexpo, Galerie ArtBox, Barcelone

Critique

Khalid El Bekay : une peinture par-delà le temps et l’espace

Cela fait maintenant sept ans que Khalild El Bekay vit à Barcelone, et en ce court laps de temps — qui inévitablement semble fort long à quelqu’un de son âge — une maturation personnelle et artistique s’est faite ; elle est nettement perceptible dans ses dernières œuvres.

(…) En principe, comme toute œuvre de qualité, celle-ci possède le sens de l’universel, atemporel : certaines de ses compositions sont d’une telle limpidité chromatique, et la disposition des figures y est tellement réduite à l’essentiel, qu’elles pourraient avoir été peintes il y a cinquante ans, par un peintre d’avant-garde d’un pays du Nord. Mais une lecture plus profonde nous rappelle le soubassement méditerranéen quant à la lumière, et arabe quant au concept qui émane de cette peinture.Et je dis intentionnellement peinture, et non pas collage, parce que le papier, merveilleusement dominé par les mains de l’artiste, qui n’emploie aucun instrument tranchant pour qu’ainsi rien n’interfère entre l’œuvre et lui, est exactement cela, pur matériau plastique, ayant même valeur que le pigment qui s’emploie habituellement en peinture. (…)

L’apparente sobriété que Khalid El Bekay déploie dans la distribution des éléments, qui rend ses œuvres très attractives, pourrait être comprise comme une rationalisation de l’espace, mais lui insiste sur le fait que c’est tout le contraire : il y a là un hommage aux souks authentiques de son pays, où la marchandise s’étale d’une manière plus spontanée et libre que dans les cultures occidentales.Il faudrait alors créer un discours qui rende compte précisément de la spontanéité, de la liberté qui se dégagent de l’œuvre.

Les groupements, en manière de retables, de certaines œuvres retiennent fortement l’attention ; la valeur intrinsèque de chacune d’elles s’additionne aux autres et toutes s’enrichissent mutuellement, formant un tout compact comme les fenêtres marocaines qui, différentes et belles en elles-mêmes, se distribuent harmonieusement pour créer une façade qui est une nouvelle entité, parfaite.

On pourrait dire beaucoup encore de l’œuvre de Khalid El Bekay ; mais je crois qu’il vaut mieux se taire pour la regarder lentement, amoureusement, et apprécier en profondeur toute sa richesse.

Alfonso Muñoz-Cantos
Barcelone, avril 98