{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

BOURNAZEL

oeuvres , bibliographie

Diane de Bournazel naït en 1956. Après une jeunesse parisienne et toulousaine, elle s'installe dans la région de Bournazel, en Corrèze. Elle expose pour la première fois à Marrakech en avril 2007.


Diane de B, dans son atelier.

Diane de Bournazel dessine, peint, encolle, enlumine… et dit, d'un trait de plume, d'une touche d'encre, les rêves qui, gardant la saveur douce-amère de l'enfance, habitent toutes les saisons de la vie. Chez Bournazel l'élégance, le lyrisme du dessin suffisent à suggérer notre rapport au monde. L'image chez elle est poésie ; elle évoque le chemin menant de l'ombre à la lumière - et du jour à la nuit. Et ainsi, donne une représentation poétique du monde.

A. G

Le travail de Diane de Bournazel pourrait évoquer celui de Paul Klee. Mais c'est un univers bien personnel qu'elle crée sur toiles ou sur ardoises rustiques, et parfois sur du bois de récupération. Indifférente au règne de l'éphémère, elle fait, même sur grands formats, un travail minutieux de miniaturiste : " J'aime peindre au pinceau à trois poils et à l'huile ; pas d'acrylique, ça manque de sensualité. " " A sept ans, dit-elle, je savais déjà que je serais peintre. " Formation autodidacte, cours en dilettante dans des écoles d'art en France et en Italie, et beaucoup de travail personnel : " Je peins huit heures par jour. " Diane de Bournazel a une passion pour les livres d'artiste : elle découpe, enlumine, assemble avec une patience d'artisan des mots de Robert Desnos, Henri Michaux, Jorge Luis Borges dans des petits ouvrages précieux, qu'elle expose à Paris, Marseille, Londres et, aujourd'hui, Marrakech.

G. CHÄTAIN et Hélène POMMIER


Sans titre, technique mixte sur papier, 2007

Bournazel, ou l'envol des oiseaux


" Monde du rêve, d'un Orient et d'une enfance, de l'étrange et du simple, tapis de prière et de décor, entre aventure et illusion, arabesque et apparition " (Jan Laurens Siesling)
Diane de Bournazel dessine et peint depuis l'enfance, depuis toujours, d'élégantes miniatures, paysages avec des maisons-champignons aux paupières baissées ou aux yeux bien ouverts, habités d'une multitude de visages, de personnages suspendus entre ciel et terre, d'animaux, petits et grands, tous égaux - le papillon est aussi grand que le loup - qui vivent dans une nature amie : l'arbre (l'arbre cosmique) abrite les chagrins comme les joies, il suit du regard et de la main la feuille qui se détache de lui et chante l'envol de tous ses oiseaux au soleil ou à la lune, nos frère et soeur lumineux. Le monde est un, pacifié. Le chat et l'oiseau entretiennent des relations de bon voisinage. Les fleurs jalonnent le chemin, penchés vers les humains de toute leur bonté.
On retrouve dans son œuvre la douceur des contes - cruels - qui ont accompagné notre découverte du monde, et des comptines qui nous ont bercés.
Le monde de Diane de Bournazel, c'est comme une tapisserie, des bannières au vent, dont chaque centimètre est décoré. Il faut remplir l'espace de toutes ses forces vives, de toute son énergie, car le vide c'est la solitude, la mort. La pointe fine de sa plume, trempée dans l'encre de Chine ou la peinture, court infatigable, gracieuse et légère, précise, ne laissant aucun vide sur la toile, le carton ou le papier
Cet espace, elle le clôt, de frises rituelles - mais elle y ouvre des fenêtres, pour que s'envolent des mots échappés de notre mémoire.


Sans titre, technique mixte sur papier, 2007


Puis elle prend son pinceau, un pinceau fin, et applique la couleur : aquarelle, huile, gouache, acrylique, selon la nécessité du dessin.
Les couleurs se marient harmonieusement, gris bleu ardoise et beige, le gris de la mélancolie, des brumes légères ou épaisses, le bleu céleste dans tous ses états, avec les variations des nuages, le rouge rose framboise, l'ocre jaune, le roux, la terre de sienne, des couleurs douces et rassurantes. Rêve et réalité se fondent.
Finesse, attention à chacun, à chaque détail, sensibilité et poésie, lyrisme délicat, caractérisent son travail, travail de brodeuse au sens où dans certaines cultures la brodeuse est considérée comme une magicienne.
Diane de Bournazel est un peintre rare, dont l'œuvre, comme toute grande œuvre, recèle des temporalités différentes, contenant l'éternel passé du présent : elle raconte notre éternelle histoire, la même depuis l'origine, qui existait déjà avant l'écriture, pour la restituer au futur en la dessinant et la peignant de façon délicate, à sa manière singulière et avec le perfectionnement des techniques actuelles.

P-M. DUQUESNOY

Sans titre, technique mixte sur papier et écorce, 2007

Sans titre, technique mixte sur papier, 2007

Quelques oeuvres

· Diane de Bournazel expose régulièrement en France, en Belgique, à Londres. Ses livres d'artiste figurent dans de nombreuses collections publiques et privées à travers le monde.


Sans titre; technique mixte sur papier, 2007

 

Sans titre, huile sur toile, 130 x 100 cm, 2007
 


Sans titre, gouache et encre sur papier, 2007

  La peinture de Diane de Bournazel est d'une grande finesse, élégante à l'extrême, rêveuse, romantique dans ses grands formats sur toile, rappelant l'enluminure médiévale et les compositions de la Renaissance dans ses petits formats sur papier...
 

Sans titre, huile sur toile, 130 x 100 cm, 2007
 

Sans titre, technique mixte sur papier, 2007
 

Des images du vernissage de l'expo d'avril 2007 à Marrakech

  Bibliographie / Bibliophilie
 
Diane de Bournazel, qui par ailleurs a publié différents livres pour la jeunesse, notamment à L'Ecole des loisirs et chez Gallimard Jeunesse, compte parmi les vraies créatrices dans le domaine du livre d'artiste en France. Il faudrait un site entier pour rendre compte de son travail, poursuivi depuis une quinzaine d'années et qui compte aujourd'hui cinq cents pièces. On consultera néanmoins avec profit les pages qui sont consacrées aux livres qu'elle a créés, ou auxquels elle a collaboré, chez Al Manar :
  Voyage du Cerisier, de Vénus Khoury-Ghata
 
Stèle pour l'absent, de Vénus Khoury-Ghata et Alain Gorius
 

La Promenade, collection "Poésie sans paroles" (qu'ouvre ce leporello de Diane de B.).

Songes d'une nuit berbère, Siham Bouhlal

Sur la haute tour elle était nue, E. Adnan et A. Gorius

La fontaine, Aïcha Arnaout et A. Gorius

Corps lumière, Siham Bouhlal

Un petit garçon un peu silencieux, Amandine Marembert

Orties, Vénus Khoury-Ghata

Le Pays de l'arbre, E. Rouziès

Mon âme est une chèvre, Werner Lambersy

Fabulaux, Laurent Albarracin

Les cerises ne sont pas des lèvres, Amandine Marembert

Florence médiévale, Alain Gorius

 


Diane de Bournazel au Carré d'Art, Nîmes, 2008