{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

BAYA

oeuvres , expositions récentes, bibliographie

Baya, née en 1931 à Borj-el-Kifan, sur la côte est d’Alger, décède à Blida en 1999.

1936 : Devenue orpheline, Baya est élevée par sa grand-mère. 1942 : Frank Mac Ewen et Marguerite Camina, amie et collaboratrice de Miro, remarquent l’originalité de ses modelages et de ses dessins sur la terre. Ils la prennent en charge et lui donnent les moyens de réaliser des gouaches. 1947 : Aimé Maeght, de passage à Alger, découvre ses œuvres et les expose dans sa galerie à Paris. Préface d’André Breton : "Baya est reine, écrit-il.Baya, dont la mission est de recharger de sens ces beaux mots nostalgiques : l’Arabie heureuse, Baya qui tient et ranime le rameau d’or." C’est à propos de Baya qu’il utilise pour la première fois, en 1947, l’expression "Art brut" pour définir, comme le formulera, plus tard, Jean Dubuffet, "des œuvres présentant un caractère spontané et fortement inventif, aussi peu que possible débitrices de l’art coutumier ou des poncifs culturels, et ayant pour auteurs des personnes étrangères aux milieux artistiques professionnels".1948 : Séjour à Vallauris où elle réalise des terres cuites à la poterie Madoura où travaille Picasso. 1953 : Mariage avec le chanteur-compositeur El Hadj Mahieddine El-Mahfoud dont elle aura six enfants. Depuis, Baya vit à Blida. 1963 : Après une interruption d’une dizaine d’années, elle recommence à peindre, reprenant les mêmes thèmes sur une composition plus rigoureuse, et participe à de nombreuses expositions, tant en Algérie qu’en France (Marseille, Paris) et à l’étranger.

Quelques oeuvres

Expositions récentes

1987 :

Algérie, expressions multiples, Musée des Arts africains et océaniens, Paris

1988 :

Trois femmes peintres, Institut du Monde Arabe, Paris

1990 :

Algérie, expressions multiples, Musée de la Vieille Charité, Marseille

1992 :

Rathaus, Freiberg a.N.

1996 :

Maghreb contemporain, Galerie Al Manar, Casablanca

1999 :

Galerie Maeght, Paris

Bibliographie

"Tant de lignes ont été consacrées à Baya depuis sa première exposition en 1947 que plus rien n’est mystère dans son œuvre.Oiseaux, femmes, fleurs, poissons et luths se donnent rendez-vous, se croisent ou s’enchevêtrent dans des mouvements savamment réglés par cet extraordinaire maître de ballet… Chaque composition est un piège à l’imagination de qui y plonge le regard.Piège est l’apparente maladresse du trait qui capte et mène à la découverte ; pièges sont ces couleurs éclatantes, presque agressives où reviennent souvent, complices, le noir et le rouge, sans nuances, sans dégradé, conférant au tableau des reliefs déconcertants.C’est un monde fantastique qui se propose à la contemplation, semblable et pourtant si différent dans chaque tableau.Visages, pétales, animaux se plient aux fantaisies de l’artiste, adaptent leur forme à la distance qui les sépare de l’œil qui les contemple. Ainsi naît le sortilège. On admet enfin que chaque toile de Baya est unique, que son œuvre n’admet pas d’autre signature."

M.A., El Moudjahid