{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Dans le village des mères

le livre , l'auteur, le peintre


Collection "Bibliophilie contemporaine "

Livre typographié au plomb
au format 20 x 14 cm,
sur Vélin d'Arches 160 gr
et Vélin d'Arches 250 gr. pour les couvertures.

Peintures de Julius Baltazar.

 

30 exemplaires, sous couverture Arches peinte par l'artiste ;
4 exemplaires de chapelle,
tous numérotés, rehaussés d'un fragment manuscrit par l'auteur
et de trois peintures originales
de Julius Baltazar.
Tous sont signés par l'auteur et par l'artiste.


Parution juin 2009

Le livre

 

Un vent à trois cordes
faisait vibrer les flammes...

 

L'auteur

Vénus Khoury-Ghata née au Liban, vivant en France depuis vingt-cinq ans, est partagée entre deux pays, deux langues : l'arabe maternel et le français acquis.

Le français est la langue du père, interprète auprès du Haut Commissariat français du temps du Mandat. Cette langue, il l'a ouverte à ses quatre enfants. Les deux aînés s'en sont servis pour écrire des poèmes : Vénus et, avant elle, son frère Victor, qui, malade, n'a pas publié.

Elle est mère de quatre enfants : trois Libanais et une Française. Poète, nouvelliste et romancière, ardente porte-parole de la francophonie, collaborant à divers journaux, revues et émissions littéraires, elle est membre de plusieurs jurys : Mallarmé, Max Jacob, France-Québec, Max-Pol Fouchet, Cinq Continents…

Son œuvre romanesque, riche de seize titres, est traduite en plusieurs langues, dont l'allemand, l'espagnol, le grec, le flamand, le suédois et le coréen. Son œuvre poétique compte seize titres également.

Bibliographie

Romans

• Les Fugues d’Olympia. Éd. Ramsay, 1989.
• La Maîtresse du notable. Éd. Seghers 1992.
• Bayarmine. Éd. Flammarion 1992.
• Les Fiancées du Cap Thénès. Éd. originale J.C. Lattès 1995/ Livre de poche 2002.
• Les Morts n’avaient pas d’ombre. Éd. 1992 / Flammarion 2001.
• Le Fils empaillé. Éd. Belfond 1998.
• Une maison au bord des larmes. Éd. Balland, 1998.
• La Maestra. Éd. originale Actes Sud, 1999 / Babel, 2001.
• Mortemaison. Éd. originale Flammarion, 1992 / 2001.
• Vacarme pour une lune morte. Éd. originale Flammarion, 1992 / 2001.
• Privilège des morts. Éd. Balland, 2001.
• Le Moine, l’Ottoman et la Femme du grand argentier. Éd. Actes Sud, 2003 / Babel 2004.
• La Maison des orties, Ed. Actes Sud, 2006
• Sept pierres pour la femme adultère, Mercure de France, 2007

Nouvelles

• Zarifé la folle et autres nouvelles. Éd. François Janaud, 2001.

• L'encens, Ed. Al Manar, 2009 (livre d'artiste avec Guy Calamusa)

Poésie

• Un faux pas au soleil. Éd. Belfond 1998.
• Monologue du mort. Éd. Belfond 1998.
• Fables pour un peuple d’argile. Éd. Belfond 1998.
• Elle dit / Les Sept Brins de chèvrefeuille de la sagesse. Éd. originale Balland, 1999 / 2001.
• Anthologie personnelle. Éd. Actes Sud, 1999.
• Compassion des pierres. Éd. La Différence, 2001.
• La Voix des arbres. Éd. Le Cherche - Midi, 2002.
• Quelle est la nuit parmi les nuits. Éd. Mercure de France, 2004.

Le peintre

Julius Baltazar, peintre et graveur né en 1949, vit et travaille à Paris et en Corse. En 1967, encore adolescent et apprenti joaillier, il rencontre Salvador Dali qui le prend immédiatement sous son aile, le couronne d¹un nom d'artiste (Baltazar pour le roi mage, Julius en référence à César) et l'introduit dans les cercles littéraires et artistiques. Très vite, sa peinture s'oriente vers l'abstraction. Par ses compositions fougueuses, aux couleurs insolites, il crée un univers fantastique d¹une grande richesse graphique. Mais il développe parallèlement un autre versant de son oeuvre grâce à son art de la gravure en taille-douce, rehaussée de lumineux effets aquarellés, qu'il met au service de ses nombreux amis poètes et écrivains : Michel Butor, Guillevic, Fernando Arrabal, Michel Déon, Kenneth White, Salah Stetié... Dans les multiples livres d¹artistes et ouvrages de bibliophilie contemporaine auxquels il a collaboré, son travail établit une véritable alchimie avec le texte poétique. « Ne nous y trompons pas ! Cet homme n'est pas un peintre ordinaire. Julius Baltazar est un poeintre. » (Guy Cloutier )

 

J. Baltazar, chez lui