Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Remémoration de Mansour Hallaj à St Patrick

Collection "Bibliophilie contemporaine "


Salah Stétié

 

 

Remémoration de Mansour Hallaj
à Saint-Patrick

 

Vladimir Velickovic

 

 

 

Bibliophilie contemporaine
Al Manar


 

 

Livre typographié au plomb (caractères mobiles)
au format 25 x 33 cm, à l'italienne,
sur Vélin d'Arches 250 gr.

Estampes de V.Velickovic

 

 

35 exemplaires rehaussés de trois estampes ; 10 exemplaires rehaussés d'interventions originales ;
5 exemplaires de chapelle ;
sous couverture ivoire et emboîtage Dermont-Duval,
numérotés et signés par l'auteur et par l'artiste.


Un poème de colère et de combat, par l'auteur de Pluie sur la Palestine - et de tant de livres qui auront marqué leur temps - évoquant les Etats-Unis dans leur rapport au Moyen-Orient.

Le livre figure dans la collection “Bibliophilie” : de beaux livres témoignant de la rencontre d’artistes et d’écrivains venus de tous les horizons de la Méditerranée partager leur expérience.


Estampe de Velickovic, rehaussée de gouache par l'artiste.


planche 1

(...)

New-York est une ville avec des araignées terribles
Au grand soleil d'acier de l'avenir elle offre le profil de ses idoles
Je me souviens d'une matinée d'ivresse à Manhattan où mon coeur d'Arabe a chaviré
J'étais dans le temple de Salomon, dans la cité des nations sans hommes
Et je mendiais à des portes de rêve un peu de beauté pour les aveugles
Un peu de justice pour les sourds, un peu de liberté pour ceux que la liberté effraie
Et dans la lueur des tours comme autant de fraîches guillotines
Ne brûlait que le vin de la puissance dans les bars où l'on buvait n'importe quoi
Pour le bonheur des mouches

(...)


planche 2

Comment chanter la palmeraie de feu
Et ses régimes de dattes, tous obus suspendus dans l'air du monde ?
Je pleure avec Allen Ginsberg la mort éternelle des mères
Je siffle avec Lorca et c'est joie d'alouette
Et c'est roucoulement mental d'une colombe
Tandis que marche vers nous, sortie d'une dentelle d'ombre,
La fille nue avec ses lèvres de bois rouge


Estampe de Velickovic, rehaussée de gouache par l'artiste.


planche 3

(...)

Ville de poètes est New-York. Ville de fous.
Ils ont tous parlé de l'horloge de Times Square,
La police montée n'a rien vu. O ma blessure !
La douleur est sur les Twins. La douleur est dans le temps. La douleur
est à Bagdad. Elle est à Jérusalem.
Les néons d'un beau soir vont monter jusqu'au ciel.
La ville en bas est quadrillée comme un cahier d'enfant
Comme une cage grillagée avec mon vieux coeur dedans.

L'auteur

Salah Stétié. Poète, homme de lettres libanais né à Alep en 1930. L'un des poètes essentiels du monde arabe. Multiples publications et collaborations avec des peintres (Alechinski, Belkahia, Bellegarde, Kijno, Joël Leick, Titus-Carmel, Velickovic, Christiane Vielle, Zao-Wou-Ki...). Grand Prix de la Francophonie 1996.

Le peintre

Vladimir Velickovic. Né en 1935 à Belgrade, membre de l’Institut (Académie des Beaux-Arts), diplômé de l’école d’architecture de Belgrade en 1960, Velickovic s’oriente vers la peinture et réalise sa première exposition personnelle en 1963.
1962-1963 Il travaille dans l'atelier de HEGEDUSIC à Zagreb.
Il obtient en 1965 le prix de la Biennale de Paris, ville où s’installe l’année suivante et où il vit et travaille aujourd’hui encore. Il est révélé dès 1967 par une exposition à la galerie du Dragon et apparaît aussitôt comme un des artistes les plus importants du mouvement de la Figuration narrative.
Témoin, dans son enfance, des atrocités commises par les nazis en Yougoslavie, il a été marqué pour la vie, et il a voué sa peinture à la représentation du corps. Déchiré, mutilé, secoué par des douleurs atroces, voué à d’épuisantes courses sans issue, éventuellement métamorphosé en chien ou en rat, le corps de l’homme est un champ d’investigation inépuisable pour Velickovic.

Vladimir Velickovic a réalisé de nombreuses expositions personnelles à travers l’Europe et reçu de prestigieux prix pour le dessin, la peinture et la gravure.