{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Les Quais minéraliers

le livre , l'auteur , l'illustrateur

Collection "Bibliophilie contemporaine "

Thierry Laget

 

Les Quais minéraliers

 

Christiane Vielle

 

Bibliophilie contemporaine
Al Manar

Un livre au format 38 x 26 cm typographié au plomb et tiré à 50 exemplaires, illustrés de 8 aquatintes rehaussées au pastel par Christiane Vielle.

 

Etui-chemise réalisé par Dermont-Duval.

40 ex pour la vente ; neuf exemplaires de chapelle ; un exemplaire destiné à la BNF, tous numérotés et signés
par l'auteur et l'artiste. Novembre 2004.

 


Une des huit aquatintes en pleine page rehaussant les Quais minéraliers

Le livre

Un ouvrage superbe, tant par le texte, qui est d'un grand styliste, que par la qualité des illustrations, de la composition et de la mise en page, assurées par Christiane Vielle.

Au dernier jour de la Création, le Seigneur fit les quais minéraliers. Il n'y avait alors à la surface des eaux que des boutres, des yoles, des pirogues, des baleines recrachant en gerbe les versets des prophètes, des corbeilles de roseau tapissées de plumes de cigogne où dormaient les bébés qu'on avait confiés au delta des fleuves, et des frégates, des goélettes, des albatros, des galères dont l'étrave frappait rythmiquement l'onde, rejetant de part et d'autre, comme un rabot, des copeaux que la lune ornait d'écailles de poisson - elle les plaçait elle-même, du bout de l'ongle, sous les ahans et le claquement des fouets. Le vent, aussi était ami des hommes, qui l'amadouaient en lui dédiant des mâts de cocagne, des dunes, des oriflammes, en jouant des valses à l'harmonica, des gammes à l'accordéon, en lui confiant des lettres d'amour qu'il allait porter lui-même, glissées dans les plis de ses alizés. Tout était lumière lente et gracieuse, couchers de soleil langoureux. On accostait sur des plages qui se confondaient avec l'horizon, qui avaient sa courbe d'arc infini, son scintillement ; la nuit, dans les criques, on brûlait des épaves - elles répandaient un parfum de résine, de santal, de cèdre, d'olivier, de cyprès - et, dans des cavernes qui sentaient l'ombre, la corde, le bitume, s'amoncelaient des balles de coton, des tonneaux d'huile de palme, des ananas, du caoutchouc.

Mais le Tout-Puissant était sectateur du progrès. Jadis, il avait parsemé vallées et collines de temples, de clochers, de calvaires, de gibets ; il ne voulut pas se priver des quais minéraliers.

[...]


Une des quatre aquatintes en double page rehaussant les Quais minéraliers

L'auteur

Thierry Laget. Romancier, essayiste, critique, traducteur de l'italien,Thierry Laget est né à Clermont-Ferrand, en 1959.
Il a vécu en Auvergne, en Touraine, en Île-de-France, en Toscane.


Sept romans : Florence, via Ricasoli 47 (1987), Comme Tosca au théâtre (1989), Iris (Gallimard, 1991), qui a obtenu le prix Fénéon 1992, Rois d'Avanie (Julliard, 1995), Roman écrit à la main (Gallimard, 2000), Supplément aux mensonges d'Hilda (Gallimard, 2003) et Madame Delobat (Gallimard, 2006).

Des essais, témoignant de sa passion pour l'Italie : Florentiana (sur la ville de Florence), La Fiancée italienne (biographie d'Alaïde Banti, liée au mouvement des Macchiaioli, peintres pré-impressionnistes toscans) et À des dieux inconnus (sur les livres, la lecture et l'apprentissage de la réalité).

Une suite de méditations en prose, accompagnées d'eaux-fortes de Christiane Vielle, Bergers d'Arcadie (Fata Morgana, 1995).

Un poème en prose, Les Quais minéraliers, accompagné de huit aquatintes de Christiane Vielle (Al Manar, 2004).

Critique, Thierry Laget a procuré des éditions de textes de Jacques Rivière (Quelques progrès dans l'étude du coeur humain), de Marcel Proust (Le Côté de Guermantes et Les Plaisirs et les Jours) et de Gustave Flaubert (Madame Bovary), publié plusieurs essais sur Proust, prononcé des conférences sur la poésie et la peinture, collaboré à divers journaux et revues...

Enfin, il a traduit de l'italien une quinzaine d'ouvrages, dont trois romans d'Enzo Siciliano (La Nuit marâtre, La Princesse et l'Architecte et Les Beaux Moments), le chef-d'oeuvre posthume de Mariateresa Di Lascia, Passage dans l'ombre, prix Strega 1995 (Albin Michel, 1996), et les romans d'Alessandro Barbero, La belle vie, ou les aventures de Mr Pyle, gentilhomme (Gallimard, 1998) et Roman russe (Gallimard, 2002).

L'illustrateur

Christiane Vielle. L'un des grands graveurs de notre temps. Née en 1950 à St Raphaël, Christiane Vielle a étudié à l'Ecole Normale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, de 1968 à 1974 (spécialisations : architecture intérieure et gravure). En 1976, elle installe son atelier à la Villa Corot, dans le 14ème arrondissement de Paris.
Médaillée de la Ville de Paris en 1978, Ch. Vielle reçoit le Prix G. L. M. pour son livre "Pierres" en 1984. En 1985, elle est lauréate de la Casa de Velazquez à Madrid, où elle séjourne deux ans.

1976 : première exposition à Vichy dans le cadre d'une rétrospective de l'oeuvre de Roger Caillois, "L'univers de Roger Caillois". Depuis cette date, elle participe à de nombreuses expositions collectives, et est régulièrement présente dans les Salons (Salon Le Trait, Salon de Mai, Salon d'automne...) ; elle expose chaque année au SAGA et a été sélectionnée pour la Triennale de Crakow 97 ainsi que pour l'International Biennal of Graphic 97 de Ljubljana. Une vingtaine d'expositions personnelles lui ont été consacrées à Madrid, Paris, Bruxelles, Toulouse, Versailles, Bordeaux, Strasbourg, Venise, Saratosa (Floride)... Son oeuvre est présent dans de nombreux musées, bibliothèques, artothèques, collections publiques et privées (Musée de Mexico, Bodleian Library, Oxford, Musée S. Mallarmé, Ville de Paris, Musée de Belfort, Bibliothèques de St Quentin, de Vichy, de Marseille, de Lille, de Lausanne...).

 

 

 


Christiane Vielle dans son atelier, villa Corot, à Paris

Christiane Vielle a notamment travaillé à partir de textes de Roger Caillois, Serge Sautreau, Mallarmé, Antonio Porcia, Th. Laget, Christian Bobin, Charles Juliet, Salah Stétié...
Chez Al Manar elle a publié Vers le Soir, poèmes d'Alain Gorius qu'elle a accompagnés de monotypes (collection "Corps écrit") et Les Rivières du ciel, textes de V-M. Marchand.


Toutes les images ici présentées proviennent des Quais minéraliers de Thierry Laget et Christiane Vielle, Al Manar 2004. DR.