{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Presque nuit

le livre , l'auteur

Collection "Méditerranées"

Salah Stétié

 

Presque nuit

 

Claude Bellegarde

 

 

Méditerranées
Al Manar

 

 

Plaquette de 8 pages au format 22 x 14 cm,
typographiée en quadrichromie sur Rivoli 120 gr.
Accompagnement Claude Bellegarde.

 


20 exemplaires tirés à part sur vélin d'Arches au format (accordéon) 25 x 75 cm, revêtus de peintures originales
de C. Bellegarde, sous couverture Arches ivoire 300 gr, numérotés et signés par l'auteur et par l'artiste.

3 ex. HC au format 80 x 61 cm, manuscrits par l'auteur et peints par l'artiste, signés et numérotés HC de I à III.

ISBN 2-913896-19-7. 9,50 euros.


L'un des vingt exemplaires de tête (4/20) de Presque nuit

Le livre

Un beau texte, par l'auteur de Pluie sur la Palestine - et de tant de livres qui auront marqué leur temps - sur la mort approchant, en vol de papillons.

Une série de variations picturales par C. Bellegarde, l'un des maîtres contemporains de la couleur.

Ce livre est né de la rencontre entre le poète Salah Stétié et le peintre Claude Bellegarde. Visitant l’atelier du peintre, Stétié a été frappé par un aspect du travail de Bellegarde, sur le motif du papillon - messager de mort dans la tradition moyen-orientale. L’idée d’un livre où se rencontreraient la peinture de Bellegarde et les vers, funèbres, que celle-ci allait inspirer à Stétié naquit sur-le-champ. Al Manar, qui avait par ailleurs déjà publié chacun des deux artistes (Stétié avec Rachid Koraïchi, Bellegarde avec Abdelkébir Khatibi), saisit le projet au vol, et le mena à son terme. Presque nuit est aujourd’hui décliné en trois versions : trois exemplaires grand format (80 x 62 cm), sur papier, manuscrits par le poète et peints par l’artiste ; 20 exemplaires de tête (25 x 75 cm, leporelli), typographiés sur Vélin d’Arches et peints par Bellegarde ; 500 exemplaires typographiés en quadrichromie, sur Rivoli 135 grammes, 23 x 14 cm.

Presque nuit figure dans la collection “Méditerranées”, qui témoigne de la rencontre d’artistes et d’écrivains venus de tous les horizons de la Méditerranée partager leur expérience en s’accompagnant mutuellement.


L'un des vingt exemplaires de tête (3/20) de Presque nuit

Et de grands papillons sont tombés dans la mort
Dans les défroissements de l’origine
Ils ont des yeux pour regarder la mort
Pour regarder le feu et les sommeils
Cela qui fait de la violence de leurs ailes
Soleil et nuit dans le multiple songe
De ces jardins incendiés d’oubli



Un homme est traversé par des couleurs
Et je le vois dormir dans sa paix retenue
Au-dessus de sa vie est le plus sobre ciel
Avec l’enfant de l’araignée pour tout recoudre
Musique et dispersion de ces pollens sonores
Qui deviendront nuage et rage de l’esprit
Contre cela qui tend sa main réelle
Comme une barque immense de l’esprit
Brûle et se tait


Papillons de joie pure
Papillons de substance
Le grand désir de vos corolles vous dévêt
Comme seront dans le miroir les ombres filles
Dénudées par les arbres
Et remirant leur feu à des feux de prairie

Les papillons sont les témoins de la substance
Voilée de plis et de replis ô corps d’amour
Les sources de ta vie sont dressées dans les branches
Et c’est champ d’asphodèles
Sous la lumière écartelée reprise
Dans les surgissements et les débris
Ce qui va ce qui vient
C’est toi Cœur et c’est battements de ce cœur


Il y a dans la saison d’été d’autres prairies
Que les prairies prêtées à la lumière
L’argile en toi est la saison de mort
Sur qui s’étend, en ombre noire, un frais nuage
Aux mille éclairs de papillons, aux lampes nulles,
Et la lumière aussi est feu d’exil


Ô papillons voici pour nous le temps et l’heure
Refermez vos amours, rouvrons notre souci
Sur ce qui est grisaille et longue cendre
Dans ce pays qui n’a de vérité qu’instable
Avec l’immensité des arbres, les rivières
Et le cou des jeunes collines, les enfants
Ayant dormi dans les rosées vieillies


J’irai jusqu’à l’ultime porte du désir
Avec les liserons bleuis d’une pensée
Debout dans les immaculés du temps
Cet air dehors qui tremble aux interstices
Comme une perle est un soleil tranquille
Au-dessus des liquidités d’un lac
Lui-même obscur et vaporeux déjà
Sur lui est la cérémonie promise
De deux insectes


L'un des vingt exemplaires de tête (1/20) de Presque nuit


Un autre (5/20) exemplaire de Presque nuit

L'auteur

Salah Stétié. Poète, homme de lettres libanais né à Alep en 1930. L'un des poètes essentiels du monde arabe. Multiples publications et collaborations avec des peintres (Alechinski, Belkahia, Kijno, Joël Leick, Christiane Vielle, Zao-Wou-Ki...). Grand Prix de la Francophonie 1996.

Chez Al Manar, outre Presque nuit : Pluie sur la Palestine, accompagnement Rachid Koraïchi ; Matière, accompagnement Farid Belkahia ; Remémoration de Mansour Allaj à St Patrick, accompagnement Vladimir Velickovic ; Si brèves les colombes, accompagnement Julius Baltazar..


La couverture des trois ex. HC de Presque nuit


Presque nuit, ex. HC 2/3