{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Pourquoi cours-tu après la goutte d'eau ?

le livre , l'auteur , le peintre, la critique

Collection "Récits et Nouvelles du Maghreb"

 

 

1000 exemplaires sur Arcoprint Edizioni.

 

L'exemplaire : 12,00

 

Ouvrage publié avec le soutien du Centre National du Livre

ISBN 2-913896-43-X
DL juin 2006

Le livre

"Fou que n'arrête ni la muraille ni le précipice, je me fragmente et m'infinis dans chaque éclat, j'acquiers la fluidité du courant invisible de la lumière, je perce la coquille de ce qui s'agite et bruit dans les affres prénatales, je ne fais plus attention à cette ligne mince, non signalée, au-delà de laquelle le retour devient impossible.
Mais je reviens. Du moins cette fois-ci encore. Parce que je le veux. Parce que j'ai besoin de mille descentes comparables pour voir ce que je n'ai pas vu et ne verrai peut-être jamais.
Je me réveille, littéralemnt. La tempête s'éloigne. Ce qui est dit est dit. Le nouveau-né est là, dans le brouillon illisible de son berceau."

Abdellatif Laâbi

Laâbi livre ici un ensemble de textes, à mi-chemin de la prose et de la poésie - d'où leur appellation générique de prosoèmes -, qui témoigne de son engagement au service d'un humanisme poétique n'excluant ni vigilance, ni fantaisie.

L'auteur

Abdellatif LAÂBI, poète, romancier, hommes de lettres, sans doute le plus connu en France des poètes marocains, du fait de son engagement au service de la liberté d'expression (payé de huit ans et demi d'emprisonnement à Kenitra) et, depuis bientôt vingt ans, des liens qu'une activité littéraire multiforme lui a permis de nouer aux quatre coins de l'Hexagone. Ses oeuvres poétiques complètes ont été publiées en 2006 aux éditions de la Différence.


Laâbi signe le service de presse de Pourquoi cours-tu après la goutte d'eau ?, juin 06

peintreLe peintre

Mahi Binebine est né en 1959 à Marrakech . Il fait ses études à Paris et y enseigne les mathématiques pendant huit ans. Parallèlement, il peint. Après quelques expositions, il s'intéresse à l'écriture et publie plusieurs romans traduits dans différentes langues. Installé à New York à partir 1994, il y poursuit sa double carrière de peintre et d'écrivain. Il se réinstalle à Paris en 1999, puis à Marrakech en 2002. Il est aujourd'hui l'un des peintres marocains les plus féconds ; l'importance de son oeuvre est reconnue au Maroc, en Europe et aux Etats-Unis.

Pour accéder à la page Al Manar de Mahi Binebine, CLIQUEZ ICI

Trois des dessins de Mahi Binebine pour Pourquoi cours-tu après la goutte d'eau ?

La critique

Livres
Essentiel
Pourquoi cours-tu après la goutte d'eau ?
Abdellatif Laâbi
Dessins de Mahi Binebine
D'abord le titre rouge pourpre, citation d'un autre poète, "Pourquoi cours-tu après la goutte d'eau ?" qui interpelle, fluide comme la question d'un enfant, et le crayonné arabesque et insistant de l'artiste Mahi Binebine. Du bout des doigts, la matière nous chuchote que ce qu'on tient n'est pas un livre, c'est un noble cahier qui porte en lui toute "la faune intérieure" du poète traduite en prosoèmes. Descriptions des tourmentes de la page blanche, dialogues avec d'illustres morts, errances intérieures, pérégrinations nocturnes sous le soleil… on se perd entre les mots, on s'accroche à quelques phrases "Mais comme j'aimerais cesser de vouloir pour simplement être", on assiste en voyeur à la mise à mort salvatrice de l'écrivain : "Je reviens à mon bureau. J'ai envie de me battre. Je sais alors que le rapport des forces a changé. C'est le moment de la collision. Ma main tremble de rage. Je m'en veux de mes rêveries pacifistes. Ma fureur s'abat sur la cagoule du silence. L'arrache. Tac Tac Tac. Les mots crépitent, escarbilles de sang noir trop longtemps contenues. La forêt s'éclaircit pour laisser apparaître l'arbre qui signale l'entrée du continent." Un beau texte "inconfortables", où l'on réapprend l'essentiel que l'on perd souvent de vue d'où le "Pourquoi cours-tu après la goutte d'eau alors que tu te diriges vers la mer ? "Oui, inconfortable, saccadé, tortueux… mais qui a dit que la poésie devait être autre chose ? Ceci n'est pas un livre de chevet, c'est un cahier de vie. A.Z.
Collection "Poésie du Maghreb", éditions Al Manar, 100 DH.

Afaf ZOURGANI
Femmes du Maroc, sept. 2006


Le Journal hebdomadaire, Casablanca, 8 au 14 juillet 2006


Le Matin du Sahara et du Maghreb, Rabat, 25 juillet 2006