Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Pollen

Collection "Poésie du Maghreb"

le livre , l'auteur ,l'illustrateur, la critique

Khireddine MOURAD

 

Pollen

dessins de A. Sadouk Découvrez Sadouk et son oeuvre

 

 

Poésie du Maghreb
Al Manar

 

Pollen est le second recueil de poèmes publié par Kh. Mourad. Les exemplaires de tête, typographiés sur vélin d'Arches, sont rehaussés d'une aquarelle (de trois aquarelles, pour les épreuves d'artiste) par Abdallah Sadouk.

 

Exemplaire courant : 12.20 €

 

Le livre

Pollen_610.jpg (16858 octets)

Pollen_810.jpg (11286 octets)

L'auteur

Khireddine MOURAD est né au Maroc en 1950. Universitaire (thèse d'Etat consacrée à "L'Univers théâtral de Jean Genet"), il enseigne à la Faculté des Lettres de Marrakech. Poète et romancier de langue française, il a publié plusieurs ouvrages, au Maroc et en France : Le chant d’Adapa (poésie, Prix ACCT), Hatier, 1989, Nadir ou la transhumance de l’être (nouvelles) EDDIF, 1994, Marrakech et la Mamounia, ACR, 1994, Les Dunes vives (roman, Prix Grand Atlas), Eddif, 1998, Arts et Traditions au Maroc, ACR, 1998.


L'illustrateur://st.free.fr/" title="phpMyVisites | Open source web analytics"

Abdallah SADOUK vit et travaille à Saint-Ouen, en région parisienne, et à Casablanca.

1967-1970 Ecole Nationale des Beaux Arts, Tétouan, Maroc.
1970-1976 Ecole Nationale des Arts décoratifs, diplôme de décorateur section sculpture. Atelier M.Auricoste, Paris.
1976-1978 Ecole Nationale des Beaux Arts, diplôme d'Arts plastiques, section dessin, atelier de M. Jean-Marie Granier, Paris.
1978-1980 Licence d'Arts plastiques Paris I. Sorbonne, atelier de M. Paul Armand Gete.


Aujourd’hui Sadouk demeure un paysagiste abstrait ; les références à ce qu’on pourrait appeler un "cubisme impressionniste" sont toujours bien présentes dans ses toiles. Mais sa palette s’est éclairée ; la géométrie de ses compositions s’est aérée. Pas de rupture dans ce travail, mais une évolution lente, une plus grande ouverture au monde. De la rigueur dans la représentation du visible. Un travail obstiné, en profondeur, qui gomme le détail pour dévoiler les lignes de force d’architectures ou de bords de mer baignés de lumière — de cette lumière tout intérieure que l’artiste expatrié porte en lui. Sadouk évolue bien. Certains esprits chagrins voulaient voir en lui un peintre décoratif : ils faisaient fausse route. Sadouk Abdallah est un créateur. Un créateur serein, qui ignore la morosité ambiante ; ses oeuvres, enracinées dans la culture berbère saharienne, sont tournées vers un avenir dont, lumineuses, elles chantent les promesses. Le peintre avance, occupé seulement de son art, modeste comme le sont les vrais artistes : ils savent que leur travail a besoin de temps pour être reçu, et apprécié.

A. G