{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Noir-Racine

le livre , l'auteur, le peintre

Collection "Bibliophilie"

20 ex dont 4 ex de chapelle,
l'ensemble typographié sur vélin d'Arches
par François Huin,
rehaussé d'un fragment inédit manuscrit par Françoise Ascal
et de cinq peintures de la main de Marie Alloy.

Epuisé.





20 pp. au format 18 x 12 cm. Paris, avril 2009.


Le livre

 

les mots
gonflés de silence
comme d'une sève explosive

F. A

 

L'auteur

Après avoir été potière, Françoise Ascal a commencé à écrire et à publier dans les années 80, tout en animant un atelier d’expression pour adolescents en milieu hospitalier.

En 1986, elle suit auprès de Ghani Alani une initiation à la calligraphie arabe dont naîtra plus tard Le Sentier des signes. D’autres rencontres avec des plasticiens (Y. Picquet, J.-P. Amée, J. Clauzel) donneront naissance à des livres d’artiste.

C’est avec une langue de poète que ses textes interrogent la matière autobiographique, croisent l’intime et le collectif, dans le souci de rejoindre la part commune.

Quelle que soit leur forme (récits, poèmes, notes de journal), il s’agit essentiellement de se confronter au « métier de vivre ».

BIBLIOGRAPHIE

Le Pré (proses), Atelier La Feugraie, 1985 ; La Part du feu (proses), Atelier La Feugraie, 1987 L’Ombre et l’Eclat (proses), Atelier La Feugraie, 1990 Fracas d’écume (proses), coédition Atelier La Feugraie-Le Noroît (Québec), 1992 Cendres vives, Paroles d’aube (réédition en volume de Le Pré, La Part du feu, L’Ombre et l’Eclat), 1995 Dans le sillage d’Icare (poème, avec douze dessins de Jacques-Pierre Amée), Cirrus, 1997 Le Carré du ciel (proses), Atelier La Feugraie, 1998 Le Fil de l’oubli (récit), Calligrammes, 1998 L’Encre du sablier (poèmes, livre d’artiste avec onze sérigraphies du peintre Yves Picquet), Double Cloche, 1999 L’Issue (prose, avec une photographie de Gaël Ascal), Les Petits Classiques du grand pirate, 1999 Le Vent seul (poème, livre d’artiste avec cinq sérigraphies d’Yves Picquet), Double Cloche, 1999 Le Sentier des signes (poèmes, avec douze calligraphies originales de Ghani Alani), Arfuyen, 1999 La Hutte aux écritures (proses, livre d’artiste manuscrit, avec le peintre Jacques Clauzel), A Travers, 2001 L’Arpentée (poème), Wigwam, 2003 Un automne sur la colline (récit), Apogée, 2003 La Table de veille (proses), Apogée, 2004 Mille étangs avec des peintures de Philippe Aubry et une lettre de Denise Desautels, Éditions Travers, mars 2006 Cendres Vives suivi de Le Carré du ciel ( nouvelle édition) ) Éditions Apogée, mars 2006 Issues Éditions Apogée mars 2006 Si seulement Editions Calligrammes, poèmes, avec huit fusains d’Alexandre Hollan, juin 2008 Perdre trace Editions Tipaza, poèmes, avec huit peintures d’Alain Boullet, juin 2008 Rouge Rothko éditions Apogée, janvier 2009 Langue de sable « livre pauvre » de Lucien Leuwers, manuscrit, six exemplaires, avec des peintures de Jean-Pierre Thomas, septembre 2009



Françoise Ascal à la Fête de l'Huma, octobre 2009
Le peintre

Marie Alloy est née à Hénin-Beaumont (62) en 1951. Elle est peintre, graveur et éditeur.

Après une adolescence passée dans le Nord de la France où elle étudie la peinture, Marie ALLOY suit les cours de l'Ecole des Beaux-Arts de Marseille et d'Aix en Provence de 1970 à 1975. Elle fréquente ensuite la faculté d'Arts Plastiques Saint Charles, à Paris et devient professeur agrégé d'Arts Plastiques en 1982. Installée dans le Loiret depuis une dizaine d'années, elle partage son temps entre l'enseignement et son activité de plasticienne.

Elle se consacre tout d'abord à la peinture, puis elle découvre la gravure. Ses tirages uniques sont la plupart du temps les premières épreuves des plaques matrice, pour lesquelles elle varie les couleurs et les techniques d'impressions.

En 1993, elle crée sa propre maison d'édition : Le silence qui roule et entame le dialogue dans des livres d'artistes, avec les écrivains et les poètes : ses gravures répondent aux textes inédits de Tita Reut (Rifts, 1995, Quelque chose ou rien, 1999) Dominique Sampiero (Vers la terre,1995, L'ombre emboîtée, 1996) ou encore Antoine Emaz (Poème, temps d'arrêt, 1993, Voix basse, 1995).