{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Ecorces

le livre , l'auteur , l'illustrateur, la critique

Collection "Poésie"

 

 

 

.naire des permanences qui trav

Un volume de 84 p. sur Bouffant ; couverture et trois dessins de Philippe Hélénon.

 

 

 

 

 

 

30 ex de tête tirés sur Vergé rehaussés d'une peinture originale en frontispice par Philippe Hélénon
sous emboitage de Marie-Christine Sergent.

ISBN 979-10-90836-07-5
DL 2è trimestre 2012

Le livre

 

Tu vois les grands pitons de pierres, arrêtés dans le ciel. Un sentier de poussières et d'absences, devant toi, comme une corde oubliée sous le vent. Il n'y a pas de sources, pas de fleurs suffisantes
dans la procession de la tristesse.

La mer est comme une peau sombre dont rien ne s’échappe. Tu vois ton corps dans la vérité sans nom, et sa douleur ancienne. Ton enfance où les noyés frissonnent. La nuit qui n'attend rien.

Dans chaque fibre de l'air, la substance mortelle des jours et les plaies effroyables sous les ombres qui s’ouvrent.

Tu vois les lieux sans destination.

 

   

NOTE : « Le quatrième numéro de la revue Phœnix revêt la forme d’un ouvrage ou plutôt les caractéristiques d’un recueil de poésie, mettant en exergue le nom de son auteur [Lionel Jung-Allégret] et son titre [Écorces], ainsi que la mention « Prix Léon-Gabriel Gros 2011 » qui lui a permis d’accéder à sa dignité de « livre ». C’est la seule récompense obtenue par le lauréat, mais elle est plénière et non partagée avec les autres rubriques dont se composent les trois autres numéros. » (André Ughetto, rédacteur en chef de la revue Phœnix). Le Prix Léon-Gabriel Gros a été remis à Lionel Jung-Allégret le samedi 5 novembre 2011 à la Bibliothèque de l’Alcazar à Marseille, en présence de membres du jury 2011 : Claude Ber, Joëlle Gardes, Luis Mizon, James Sacré." (Angèle Paoli, in "Terres de femmes")

L'auteur



Lionel Jung-Allégret est né le 29 septembre 1962 à Neuilly sur Seine. Hormis deux années d’adolescence passées en Iran, il a vécu et vit à Paris, ses racines affectives et imaginaires étant toutefois les rivages de la Méditerranée et particulièrement les monts de la forêt des Maures dans le Var. Écorces a d’ailleurs été en partie écrit au Rayol-Canadel. Il a suivi des études de sciences politiques, de droit et de philosophie du droit. Il exerce la profession d’avocat à Paris et est également chargé d’enseignement à l’Université de Versailles.

Il a consacré ses années de jeunesse à l’écriture et particulièrement à la poésie, puis il a cessé pendant quasiment vingt ans. Depuis 2009, s’est imposé un retour inattendu à l’écriture et à la poésie, comme une démarche évidente et nécessaire de recomposition et de rassemblement de soi, un besoin de connexion avec la réalité passant par ce travail « d'unification de la pensée et de l'émotion » prôné par le poète argentin Roberto Juarroz. L’écriture du poème Écorces a ainsi été fondatrice d’un retour à la poésie et une expérience de conversion au monde passant par la réappropriation du langage qu’elle propose. Son travail actuel, privilégiant des textes de format également long, essaye d’exprimer des lieux de passages et de réconciliations entre notre appartenance au monde et l'interrogation de ses création et finalité.

Revue Phœnix


Lionel Jung-Allégret en signature
Reid Hall, Columbia University, Paris 6è, 23/05/12


Le peintre


Philippe Hélénon dans son atelier, Paris, mai 2012

Philippe Hélénon, né en 1954, vit et travaille à Paris. Multiples expositions, notamment à la galerie Vieille-du-Temple, à Paris, qui présente régulièrement ses travaux. A réalisé de nombreux livres de dialogue avec plusieurs poètes de premier plan (Yourcenar, Reda, Puel, Butor, Mizon, Noël...), notamment aux éditions Fata Morgan, Ecarts, Rivières. ..

Collections publiques

• Bibliothèque Nationale, Cabinet des Estampes et Département des livres illustrés
• Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris
• Bibliothèque Fornay, Paris
• Bibliothèque de Marseille
• cipM, Marseille
• Bibliothèque Nationale, Luxembourg
• Cabinet des Estampes de Mulhouse
• Bibliothèque de Poitiers
• Bibliothèque de Toulouse
• Bibliothèque de Rennes
• Médiathèque Elie Wiesel, Béthune
• Bibliothèque de Portes-Lès-Valence

La critique

Lionel Jung-Allégret, par Nelly Carnet
29 avril 2012
par Nelly Carnet

Lionel Jung-Allégret, Ecorces. Marseille : Phœnix, 2011.

Dans un mélange équilibré de proses poétiques et de poèmes, l’auteur du recueil récompensé par le prix Léon-Gabriel Gros dresse un constat : renouer avec une écriture délaissée durant plusieurs années permet de « remettre des mots dans [ses] alvéoles en attente ». Le retour à un langage poétique sans cesse réinventé s’est avéré soudain une nécessité pour qui s’est mis à l’écoute de son être intérieur en perpétuelle inquiétude. Circonscrire l’insondable est la tâche à laquelle Lionel Jung-Allégret s’est attelé tout au fil de cette écriture à double tranchant, à la fois vitalisée, désespérée et corrosive. Des expressions oxymoriques tracent l’existence d’un homme en perte de vitesse : « chemin interminable, devenu si bref ». Vieillesse, solitude, cristallisation, figement, froideur, de nombreuses images reflètent l’idée d’une certaine mortification. Le verbe excessif est mis sous soupçon. Mensonger, il « (…) Exprime / L’insuffisance d’écorce // De racines / La peur / Que trop de silence / Nous renverse (…) ». Le poète prête une contre parole d’avocat ou de témoin à une société bavarde qu ne sait plus se taire. Le langage poétique ouvre alors des brèches profondes comme une fosse sous-marine. Il est une bouée humanisatrice qui connaît ses limites. La vraie vie n’est cependant pas totalement lettre morte mais elle se raréfie : « Il y a encore des lèvres devant tes mots ». C’est en fait l’espace de respiration vitale qui semble être atteint dans l’imaginaire de ce poète. « Tout est absorbé. / Tout te restreint » écrit-il à propos de lui-même.

Les éclaircies sont assez rares et, de manière générale, les phrases se retournent comme un gant. Les éléments du monde offrent moins une source de régénérescence que la possibilité à travers eux de mesurer la finitude. Le poids d’un funeste destin de l’humanité est retranscrit subjectivement. Le poète endosse, vit de manière intense le drame que rien ne semble endiguer : « (…) Je vois le dernier cheval innocent / Galoper sous le ventre de la nuit / Et l’oiseau blanc qui se nourrit des cimes // Leur cri / Avalé dans le pli des peines // Et le fer rouillé / Des hommes vivants qui meurent en moi // Je vois la grande fatigue de la Terre / La vie anéantie / Sous les dents de l’aube / Et le deuil entré dans mon visage » L’hermétisme, la paroi infranchissable tel que le « mur » est une figure du drame humain. L’espace lacéré circonscrit l’humain : « Il te reste un présent si mince entre les trous béants ».

Tragique et corrosive devient la conscience excessive bien qu’elle offre une clairvoyance sur la condition de l’homme sur terre. Et si une once de clarté se présente, elle se trouve immédiatement retournée en son contraire ou remise en question : « Je ne vois que la lumière et sa rétraction dévorante ».

Le poète s’inscrit dans un espace de fin de course. Le déclin inexorable du monde pèserait-il plus lourd sur ses épaules pour que le désastre ait pris un tel pouvoir d’expression dans cette écriture autobiographique à décrypter et tout entière portée par l’image. La déréliction n’est pas seulement mesurée pour soi-même. Elle l’est aussi pour l’humanité : « (…) Je vois aujourd’hui des hommes creuser la mer / Et retourner la terre / Des projet d’acier / Dépliés devant l’abîme (…) »

Chez cet auteur, le lyrisme est mesuré. Lorsqu’il est plus appuyé, c’est pour invoquer la lignée familiale dans toute la douleur de l’existence et se retourner sur ses propres pas.

Temporel.fr; Revue artistique & littéraire