{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Douceur du cerf

le livre , l'auteur, le peintre, la critique

Collection "Poésie"

20 exemplaires en forme de leporello 20 x (15 x 3) cm

imprimés sur BFK Rives
chacun étant rehaussé d'un dessin original
par Diane de Bournazel

1000 exemplaires illustrés en quadrichromie par Diane de Bournazel : 15 €

DL 2ème trimestre 2013
ISBN 978-2-36426-024-5

Le livre

 

En marge des grands textes qui ont accompagné toute sa vie, Jean Giono a écrit de petites proses qu’il comparait à des sortes de dessins et qu’il appelait « images de plume ».
La douceur du cerf est ainsi composée de toutes petites « images de plumes », dessinées en marges de mes longues lectures de Giono.
C’est en petite fille de marin que j’ai voulu l’aborder et tisser à ses histoires, celles de mes chers disparus. 

M.H.

 
 

Au bout d’une rue j’entends un grelot de rires
qu’un homme à cheval fait tinter derrière lui
à toute allure.
Il déchire notre chemin d’un trait de lumière
et disparaît.
C’est Angelo je le reconnais murmure grand-père à mon oreille.
 

 
 
 

 

   

44 dessins de Diane de Bournazel illustrant le tirage courant de Douceur du cerf

L'auteur

Après de nombreuses publications en revues, Marie Huot a édité des livres aux éditions du Temps qu'il fait, dont Absenta (Prix Jean Follain 2002), Chant de l'éolienne
(Prix Max Jacob 2007), mais également aux éditions du Bruit des autres, Encre & Lumière, Cadran ligné, ainsi que dans des anthologies.
Fin 2011, chez Al Manar et avec Diane de Bournazel : Visite au petit matin. En 2012, avec la même peintre : Une histoire avec la bouche.

Marie Huot au Salon de la poésie de Creil, avril 2013

Le peintre

Georges Châtain et Hélène Pommier : "Le travail de Diane de Bournazel pourrait évoquer celui de Paul Klee. Mais c'est un univers bien personnel qu'elle crée sur toiles ou sur ardoises rustiques, et parfois sur du bois de récupération. Indifférente au règne de l'ephémère, elle fait, même sur grands formats, un travail minutieux de miniaturiste : « J'aime peindre au pinceau à trois poils et à l'huile ; pas d'acrylique, ça manque de sensualité. » « A 7 ans, dit-elle, je savais déjà que je serais peintre. » Formation autodidacte, cours en dilettante dans des écoles d'art en France et en Italie, et beaucoup de travail personnel : « Je peins huit heures par jour. » Diane de Bournazel a une passion pour les livres d'artistes : elle découpe, enlumine, assemble avec une patience d'artisan des mots de Robert Desnos, Henri Michaux, Jorge Luis Borges dans de petits ouvrages précieux, qu'elle expose à Paris, Marseille, Londres et ailleurs."

Depuis quelques années, Diane de Bournazel est passée à une autre étape de son cheminement : parallèlement au travail d'illustration qu'elle effectue pour Gallimard ou L'Ecole des loisirs, ou d'accompagnement plastique pour Al Manar, elle réalise d'admirables livres d'artiste, uniques, dans lesquels règnent sans partage aucun sa peinture, son univers merveilleux et raffiné. Les collectionneurs français, européens, américains se les arrachent. On les comprend.

Diane de Bournazel, dans son atelier corrézien


La critique

Douceur du cerf
par : Alain-Jacques Lacot / Recours au poème

Marie Huot, bien que remarquée par le Prix Jean Follain et le Prix Max Jacob, poursuit son œuvre dans la discrétion. Comme Jean Giono avait écrit Naissance de l'Odyssée, c'est, d'une certaine manière un « retour à Ithaque », à la rencontre d'un grand-père marin mythifié qu'elle nous invite, mais le propos est double, puisqu'en fait, de poème en poème, c'est sur l'océan de l'imaginaire de Jean Giono qu'elle nous entraine.
En trente-deux escales, c'est tout l'univers poétique de Jean Giono qui apparaît dans la brume, puisque on y croise Antonio et Clara du Chant du monde ( Si une tempête arrache quelques pages/ Antonio et Clara/ un instant boiront la tasse… , Bobi de Que ma joie demeure ( La nuit on lui voit une foudre entre les épaules..) des cavaliers qui sont forcément ceux de l'orage et quelques autres personnages de Giono dont je laisse au lecteur le plaisir de les rencontrer, comme celui-ci :

J'ai oublié le nom du joueur de cartes Il l'a fait glisser par-dessus bord Il a une façon si magique d'agiter ses mains on croit que ses doigts plantent des graines dans le ciel .

Si ma mémoire est bonne, il arpentait Les grands chemins à la poursuite d'un horizon sans plafond…
Cet exercice de style, car c'en est un, aurait pu être fait de redondances ou pire de commentaires, de manière besogneuse. C'est tout l'inverse. C'est plus à une œuvre de distillation que s'est attachée Marie Huot. Se servant de l'univers de Giono comme matière première, elle l'a fait passer aux trois étapes du grand œuvre alchimique, le ramenant aux cendres de l'œuvre au noir pour le faire passer à l'incandescence de l'œuvre au rouge.
Quant au cerf dont Marie Huot fait l'éloge de sa douceur, c'est, bien sûr, celui qui court librement sur les plateaux de Que ma joie demeure et dont la seule présence charnelle au monde signe la joie d'être :

être est fragile être tremble sous la peau des biches être s'amenuise mais sur être on peut construire une joie.

A moins que ce ne soit, plus inconsciemment peut-être, celui de ce long poème de Jean Giono, Le cœur-cerf.
J'avais déjà eu l'occasion de dire le caractère enchanteur de l'écriture de Marie Huot, à l'occasion de la sortie de son précédent recueil Une histoire de bouche chez le même éditeur, Alain Gorius, dont il faut souligner l'exigence tant sur le fond que sur la forme de ses publications. Ce caractère enchanteur est renforcé par le travail de Diane de Bournazel qui a, comme on le fait au henné dans la main des femmes de l'autre côté de la Méditerranée, tatoué dans les lignes de vie de Marie Huot l'imaginaire de Giono.
Je ne sais, si, comme l'écrit Marie Huot son grand-père a emporté avec lui un peu de sa joie d'être, mais, avec la complicité de Diane de Bournazel et d'Alain Gorius, elle nous a rendu quelques graines de joie ; comme Jean Giono le fait dire au professeur d'espérance qu'est Bobi, « ma joie ne demeurera que si elle est la joie de tous », aussi, permettez-moi de partager avec vous la joie que m'a procurée cette lecture .


- See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/douceur-du-cerf/alain-jacques-lacot#sthash.R2ntZ4Xi.dpuf

 

ÉCRIRE DANS L'AMITIÉ DES LIVRES. DOUCEUR DU CERF DE MARIE HUOT.

DOUCEUR DU CERF. Ecrire dans les marges d'une œuvre, comme se l'est proposé Marie Huot dans Douceur du cerf, est une entreprise risquée. A fortiori si cette œuvre présente l'ampleur écrasante et la diversité de celle d'un romancier comme Jean Giono qui, de Colline, son premier roman publié, à l'Iris de Suse, son dernier, voire à Dragoon qu'il a laissé inachevé, a multiplié les personnages, les formes, les perspectives et même les époques, à travers une écriture qu'il a voulu jusqu'au bout en permanente invention.

On s'émerveillera donc de voir les 32 courts poèmes de Marie Huot s'aventurer dans une telle entreprise. D'autant qu'elle y conjugue la volonté de "tisser" aux histoires du formidable romancier celles de ses "chers disparus", notamment un grand-père marin dont la mort survenue un jour tout apprêté pour la joie fut pour l'image que l'auteur se faisait du bonheur, une véritable catastrophe.

Heureusement, Douceur du cerf ne se confronte pas à l'œuvre de Jean Giono. Dont elle ne se veut pas non plus le commentaire. Lectrice admirative et sensible, profondément nourrie par l'univers extraordinaire de l'écrivain, Marie Huot n'écrit que dans la lumière de son œuvre, dans le prolongement amical de son rayonnement, se référant certes à toute une série de personnages ou d'épisodes que les lecteurs eux-mêmes éclairés reconnaîtront en partie mais dont tous ceux qui n'en sont pas familiers ressentiront sans difficulté, je pense, le pouvoir de suggestion.

En fait, le "navire gros-ventre" à bord duquel Marie Huot nous embarque "vers un port qui n'a pas de nom" mais possède cependant, comme notre existence, "une oscillante réalité", est une arche. Une arche qui, comme l'écrit Giono lui-même en prologue à son Noé, n'a "aucune mesure matérielle". Car elle est celle du coeur. Un coeur, mais dirons-nous aussi, une mémoire, suffisamment ouverts pour y faire entrer et y conserver en vie "toute chair de ce qui est au monde".

Ce monde qu'accueillent ainsi les poèmes de Douceur du cerf est, chacun l'aura bien compris, moins le monde des réalités immédiates et faussement tangibles que le monde étonnant, profondément animé, vivant, qu'a pu réveiller voire même susciter dans le cœur même de l'auteur, l'œuvre de Giono. Et les vraies richesses que ce dernier a pu célébrer, l'exaltation de la nature, l'ouverture des sentiments qu'elle procure, tout comme la lumière fabuleuse de la raie géante du Poids du ciel et de Fragments d'un Paradis, les mains magiques de l'Artiste des Grands chemins, pour ne rien dire des caractères merveilleux qui parcourent le plateau de Que ma joie demeure, y ont autant d'existence que le grand-père qui, tout au long du beau commerce d'images qu'entretient le livre avec son lecteur, veille sur sa petite fille à bord de son sous-marin.

"On ne sait pas très bien comment tout cela tient ensemble", sinon que les diverses apparitions qui ponctuent et traversent, comme celle finale d'Angelo, la scène de la plupart des poèmes, composent au final une sorte de fête. Fête de l'être. Qui est aussi mémoire. Jouissance rassemblée des livres et de la vie. Par laquelle le petit grand monde intérieur de cette lectrice qu'est Marie Huot se plie et se déplie, ou plutôt s'ouvre et se ferme devant nous comme on fait d'un jeu de cartes - il y en a précisément 32 - , pour mieux se conjuguer à ses propres réalités. Son propre manque. Ses intimes questionnements.

Cela fait aussi comme un "théâtre de poche", une croisière intérieure et lumineuse. Qui laisse le dernier mot à la nuit, quand même. Afin que chacun - paysages, animaux, personnages, grand-père revenu, auteur, lecteurs et jusqu'au grand Giono lui-même - puisse regagner son territoire propre.

Avec tout son vivant. Son vivant agrandi. À bon port parvenu.

Par Georges Guillain,
Les Découvreurs
le vendredi 31 janvier 2014