{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

La couronne de vent

le livre , l'auteur , l'illustrateur, la critique

Collection "Méditerranées"

 

 

Récit poétique de Martine Le Coz : l'affrontement fratricide de l'Emir Abdelkader et du cheikh Ahmed Tidjani à Aïn Madhi, 1838.

Illustration Rachid Koraïchi.

 

 


14 exemplaires tirés à part sur vélin d'Arches
au format 22 x 16 cm,
rehaussés d'un dessin original de R. Koraïchi,
sous couverture Arches ivoire 300 gr.

ISBN 978-2-913896- 70-3 ; 25 euros.

Le livre

Sous les bottes de l'Emir et sous les pas des frères de la Tidjania s'étend, solide, le socle de la Réalité divine. Le même air effleure le visage de ceux qui s'inclinent ensemble dans la louange de l'Unique, mais entre eux se dresse un mur de perplexité. Qui sont les meilleurs lieutenants de Dieu sur la Terre ? Qu'adviendra-t-il des frères séparés et de leur majesté d'images divines ?
Le Voyant scrute les cœurs et les reins, Il connaît la sincérité des siens. Il posera Sa toise sur leur poitrine et elle s'ouvrira à la Paix qui est, du Vrai, l'attribut céleste.
Sept mesures d'Amour ! Le Lumineux ceint d'une couronne de vent les frères embrassés, et Il leur rend la vue.

Quatorze dessins de Rachid Koraïchi accompagnent le texte de Martine Le Coz. En voici quatre. Chacun des exemplaires de tête est rehaussé d'une encre originale de Koraïchi (étui, rouge, réalisé par Marie-Christine Sergent).

 
 
 
 
 
 


Frontispice : Rachid Koraïchi. Encre originale sur papier contrecollé sur le vélin. Ex numéroté et signé par l'auteur et l'artiste, n° 1/14.


Frontispice : Rachid Koraïchi. Encre originale sur papier contrecollé sur le vélin. Ex numéroté et signé par l'auteur et l'artiste, n° 4/14.

L'auteur

Martine Le Coz vit à Amboise, où Abdelkader a longuement médité sur le siège d'Aïn Madhi qu'il a mené en 1838 contre la Tidjania. Romancière, elle pose depuis vingt ans à travers ses divers écrits la question d'une conscience fraternelle (Céleste, Prix Renaudot 2001, ed. du Rocher). Elle a publié en 2008 Le Jardin d'Orient aux éditions Michalon, évocation de l'amitié exceptionnelle de l'Emir et du curé d'Amboise, premier acte de l'engagement d'Abdelkader, hors du champ politique, sur la voie de l'Amour universel.



Martine Le Coz au "Maghreb des livres", février 2009
009

L'illustrateur


Rachid Koraïchi et Elsa Ancia, "Livres en mai", 2007, Paris.

Rachid Koraïchi est né en 1947 à Aïn Beida (Algérie) ; il vit actuellement à Paris, tout en intervenant dans de nombreux pays du pourtour méditerranéen. Il expose depuis 1970 dans différents musées et fondations à travers le monde.

La critique

Martine Le Coz : sa conception de l’écriture, de la littérature et de la vie : deux grands axes : humaniste et spirituel.

L’écriture est reçue comme un don – une abondance. L’auteur, selon l’étymologie, est « celui qui accroît », du moins celui qui devrait accroître, fertiliser, faire pousser. Il laboure, heureux de l’action même de labourer, c’est son privilège singulier et sa responsabilité minuscule : minuscule point de conscience ! Il suffit d’envisager l’immensité de la Voie lactée. La responsabilité d’écrire porte essentiellement sur la relation. Il s’agit de nourrir le tissu humain considéré dans l’ensemble du Vivant jusqu’aux étoiles. Le labour est matriciel.
Le travail d’écrire et publier ne se limite donc pas au résultat concret du produit livre qui tend à s’imposer aujourd’hui : non, le livre que nous venons de publier n’est pas « notre bébé » : le fruit n’est pas le seul pauvre nôtre. Seul, le passage compte. Passage des acuités, des retentissements, des mémoires… Le privilège d’écrire est sensible là, exactement : dans le passage de présences.
Pensons davantage au livre « présent ». Alors, notre liberté infime touche à la joie infinie, parce qu’elle est cosmique.
Si, un jour, le don n’est plus, s’échiner à se maintenir coûte que coûte sur la scène sociale des hommes et femmes de lettres n’a pas de sens. Le sens, c’est le vivant. L’assèchement d’une voie, momentané ou non, invite à une réflexion plus profonde sur le sens du vivant.

SGDL