{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Corps lumière

le livre , l'auteur, le peintre
Collection "Poésie du Maghreb "


16 x 11 cm, de beaux livres en petit format

Livre typographié au plomb (composition lino)
au format 16 x 11 cm,
sur Bouffant édition
et Vélin d'Arches 250 gr. pour le tirage de tête.

Dessins de Diane de Bournazel.

 

20 exemplaires de tête, sous couverture ivoire ;
5 exemplaires de chapelle,
tous numérotés, rehaussés de dessins originaux
de D. de Bournazel et signés
par l'auteur et par l'artiste.

1.000 ex. typographiés sur Bouffant édition.

ISBN 978-2-913896- ; DL septembre 2007. 15 euros

Le livre


Dans chacun des livres qu'elle rehausse de ses dessins, Diane de Bournazel multiplie les interventions : elle ne se contente pas d'orner l'oeuvre sur laquelle elle travaille d'un frontispice et de quelques gravures, elle dessine, dessine, dessine... Chaque livre devient ainsi une oeuvre multiple, protéiforme, à nulle autre pareille. Travail arachnéen, qui se déploie dans l'espace des pages et ne trouve sa fin que lorsque l'ensemble du tirage est peint.

Voici l'exemplaire n° 2 de Corps lumière. Il y en aura vingt en tout - lorsque Diane aura fini de les rehausser.

 
     
 
     
 
     
 
     
 
     
 
     
 
 

L'auteur

Siham Bouhlal est née en 1966 à Casablanca dans une famille originaire de Fès. Titulaire d'un doctorat en littérature de l'Université Paris-Sorbonne et médiéviste, elle se consacre à la traduction de textes médiévaux (Le livre de brocart ou la société raffinée de Bagdad au Xè siècle, Connaissance de l'Orient, Gallimard 2004), et de poésies arabes classiques et modernes. Son premier recueil, Poèmes bleus, est paru aux éditions Tarabuste en février 2005 ; le second, Songes d'une nuit berbère ou la Tombe d'épines, est paru en 2007 chez Al Manar.

 

 

S. Bouhlal, récital à Bruges (Belgique), mars 2009.

Le peintre

Le travail de Diane de Bournazel pourrait évoquer celui de Paul Klee. Mais c'est un univers bien personnel qu'elle crée sur toiles ou sur ardoises rustiques, et parfois sur du bois de récupération. Indifférente au règne de l'ephémère, elle fait, même sur grands formats, un travail minutieux de miniaturiste : « J'aime peindre au pinceau à trois poils et à l'huile ; pas d'acrylique, ça manque de sensualité. » « A 7 ans, dit-elle, je savais déjà que je serais peintre. » Formation autodidacte, cours en dilettante dans des écoles d'art en France et en Italie, et beaucoup de travail personnel : « Je peins huit heures par jour. » Diane de Bournazel a une passion pour les livres d'artiste : elle découpe, enlumine, assemble avec une patience d'artisan des mots de Robert Desnos, Henri Michaux, Jorge Luis Borges dans de petits ouvrages précieux, qu'elle expose à Paris, Marseille, Londres et ailleurs.

Georges Châtain et Hélène Pommier

La critique
La Presse (Tunis)

INTERVIEW
29 Septembre 2008
Entretien conduit par Aymen Hacen

Née en 1966 à Casablanca dans une famille originaire de Fès, Siham Bouhlal est installée en France depuis 1985, où elle suivit l'enseignement de Jamel Eddine Bencheikh.
Médiéviste et titulaire d'un doctorat en littérature à la Sorbonne (Paris IV), elle se consacre à la traduction de textes médiévaux (Le Livre de Brocart ou la société raffinée de Bagdad au Xe siècle, coll. «Connaissance de l'Orient», Gallimard 2004) et de poésie: Printemps des poètes à l'Institut du Monde Arabe (2003, 2004), Le récif de l'effroi de Yassin Adnan (Marsam, 2005). Elle est également poète, avec trois recueils parus : Poèmes bleus (Tarabuste, 2005), La Tombe d'Epines (Al Manar, septembre 2007) et Corps lumière (Al Manar, juillet 2008).

Vous venez de publier Corps lumière, un poème composé de 72 brefs fragments numérotés. Le vers libre y occupe une place de choix, néanmoins le lecteur peut découvrir un corps de texte en prose, le 71e. Pourriez-vous nous expliquer vos choix d'écriture ?
Je ne sais pas s'il s'agit d'un seul poème. Chaque fragment raconte une histoire et, peut-être, oui, les poèmes s'attirent par un aimant, celui, toujours, de l'amour. Ce recueil est antérieur à Songes d'une nuit berbère et dans le même temps, quelques fragments de la fin ont été écrits après ce dernier. Mais je vais vous répondre comme Aragon : «On veille, on pense à tout, à rien, on écrit des vers, de la prose, on doit trafiquer quelque chose, en attendant le jour qui vient.» C'est cela, oui, on trafique quelque chose !

Le deuil et la mort semblent marquer votre dernier livre. Vous considérez-vous, à l'instar d'Al-Khansa, comme une poétesse élégiaque funèbre ?
Non, du tout. L'amour est ma seule obsession, dans mon écriture comme dans mes recherches, mais vous le savez, la mort n'est jamais loin. Voyez Songes d'une nuit berbère, lorsque mon compagnon est mort, parti, j'écrivais toujours son amour. Quand je l'accompagnais dans sa maladie, c'était un acte d'amour, et même en étant face à la mort, j'écrirai encore l'amour. Ecrire pour ne pas mourir, pour se dissiper de soi, pour oublier, pour se souvenir. J'ai complètement conscience de mon être dans cette phrase de Marguerite Duras : « J'écris pour ne pas me suicider ».

Bien que vous soyez un écrivain d'expression française, votre écriture est marquée par des parfums, des couleurs, un imaginaire en somme arabo-musulman. Ces éléments apparaissent-ils naturellement ou bien sont-ils travaillés ?
La poésie est une affaire privée, intime, à mon sens. Au moment de la composition, il est naturel que se distillent dans le poème toutes les images, les sensations, les douceurs, les violences, qui ont touché l'âme. Le poème est un étonnement et je suis souvent surprise par lui. Par-ci un papillon échappé du texte de Roumi, par-là un feu apportant les cendres de Majnoun ou encore une fleur exhalant le parfum d'un Kitab Al Zahra d'Ibn Daoud. Ce qui nous habite nous reste et ne nous quitte guère.

Quels sont les poètes qui vous ont marquée ? Que leur devez-vous ? Et inversement ?
Autour de ma vie, de moi, s'éparpillent des poètes de langues et d'époques différentes, Mahmoud Darwich, Majnoun, Dik Al Jinn, Louise Labé, Rilke, Borges, Char, à quoi bon énumérer ? Je ne sais si l'on doit parler en terme de « devoir », je n'en sais rien. Ils sont là et parfois, souvent, l'émerveillement est tel que j'arrête d'écrire. Quand Aragon dit : « Elle a les plus mystérieuses dents du monde », mais parfois un seul mot, un seul, fait déferler un torrent en vous. Oui, mais pour développer la question précédente : il semble que, par exemple, si vous dédiez votre livre à la mémoire de l'universitaire et du poète Jamal Eddine Bencheikh, vous perpétuez également la poétique et les partis pris qui étaient les siens.

Que pensez-vous de toute filiation qui existe entre un poète et ses disciples ou suiveurs ?
Oui, je dédie ce recueil à Jamel Eddine Bencheikh, à qui je dois tout. La connaissance de la culture arabo-musulmane, le regard dans les Mille et Une Nuits, le savoir-faire de la traduction, il est constamment présent et dirige encore, malgré la mort, certaines opérations difficiles. C'est aussi lui qui m'a poussée dans la poésie, dans la publication. Il a lu, le premier, Poèmes bleus, les a envoyés directement à Tarabuste ! Mais non, je ne perpétue absolument rien, je ne suis engagée dans rien, aucun parti pris, aucune filiation. Vous savez, cet homme maniait la langue française comme un djinn ; cet homme m'a appris la liberté d'écrire, de dire, de ne pas dire et la consigne de surtout ne pas le suivre, complètement.

René Char est très présent dans votre poésie. Vous le citez et dialoguez avec lui. Comme suit: « Il dit/"Ne te courbe que pour aimer"/ Mon échine est brisée/ Mon dos celui du vieillard/ Plus vieux que la Terre/ Pourquoi ne vois-je pas alors/ La saison d'Amour parmi les saisons ? » (Â16). Pourriez-vous décrire les liens qui vous unissent au poète de Fureur et Mystère et Lettera amorosa ?
Les mots de René Char me bouleversent, traversent mes sens comme une lente et douloureuse fulgurance. Ils m'achèvent et puis me raniment, jamais la même. Je n'en sais pas plus. « Quelquefois sa réalité n'aurait aucun sens pour lui, si le poète n'influençait pas en secret le récit des exploits de celle des autres », disait-il.

Corps lumière est muni de deux illustrations de Diane de Bournazel. Pensez-vous que la poésie soit inséparable des autres arts, notamment la peinture ? Quel sens donnez-vous aux livres d'artistes et au dialogue texte/image ?
Je ne pense pas dans la poésie, je meurs ou je vis, je vis et je meurs. Comme les mots, la peinture peut reverdir les cellules. Je vais vous dire, il y a quelques jours, je traversais un bien joli parc à Fresnes. Un employé était en train de repousser, avec un appareil qui soufflait du vent, les feuilles mortes, jusqu'au pied de l'arbre, en tas. Eh bien, c'est l'image de mon coeur en éclats que j'ai vue, oui l'on repoussait mon coeur tout contre ma poitrine. La poésie nous surprend partout.
Le travail de Diane est particulièrement remarquable, d'une finesse tranchante, les poèmes, dans Corps lumière ou Songes d'une nuit berbère, semblent reposer leur tête, là, sans crainte aucune.


Lecture à Lodève, juillet 2008. Siham Bouhlal, deuxième à partir de la droite.

Eros est Roi

La poésie de Siham Bouhlal nous invite à accompagner un corps en devenir, un corps en train de se dé-chaîner. Un corps longtemps forclos sur lui-même, avant d'éclore pour en subir de savoureuses métamorphoses. Lorsque l'Autre, le bien-aimé, commença un jour par défaire les nœuds du corps tramé, le corps de la poétesse fut saisie par un mélange de joie et d'effroi. La récidive allait se faire tantôt dans la douceur, des fois à la hussarde. La jouissance finit toutefois par révéler à la poétesse son corps sibyllin. Depuis son premier recueil, Poèmes bleus ( publié chez Tarabuste en 2005), la quête poétique de Siham Bouhlal est tendue vers le déchiffrage amoureux de l'alphabet et des espaces dérobés d'un corps immatériel, en fragments et qui récupère, progressivement sous les étreintes, les caresses, le verbe cru de l'autre, sa vie, ses vibrations féminines. Dans Corps lumière, précieux, économes, éthérés, les mots du poème disent l'errance en soi, le désir abyssal, la folie heureuse, le fracas des limites. Rien à voir avec les complaintes jouissives d'une Rabiaâ L'aâdaouya, il s'agit plutôt d'une mystique négative où l'Eros est roi. Nul lyrisme, mais des mots désossés de leur matérialité immédiate et transformés en joyaux d'amour pur ; en voici un échantillon :

Que m'importent
Le jour ou la nuit
Si je ne te vois
Dans ton regard
Naissent les saisons
Tes cils Balayent
Ma douleur
Tes paupières
Se ferment
Sur mon âme.

Maâti KABBAL


Siham Bouhlal au "Carrefour des livres", Casablanca, le 20/10/08

SIHAM BOUHLAL au " Carrefour des Livres " :
Poétesse d'une blessure immortelle

Dix neuf heures ont sonné ce soir mercredi 29 octobre de l'an 2008, Casablanca-Maârif bouge au rythme de la rencontre de football qui va opposer le RAJA à l'équipe syrienne d'ATTALIÄ pour le compte de la coupe des clubs Arabes. L'écho de la marée verte des petits diablotins et fans du Raja se fait sentir dans les environs du " carrefour des livres ", librairie située à quelques rues du complexe sportif MOHAMED V. Cet espace culturel de renommée internationale accueille ce soir la poétesse SIHAM BOUHLAL pour la signature de sa nouvelle création :" Corps lumière ", livre paru cette année 2008 aux " éditions AL MANAR ". Dans ce nouveau recueil accompagné de dessins de l'artiste-peintre française Diane de Bourenazel, la poétesse marocaine égrène ces instants passés, pleinement vécus au côté d'un être cher, un grand homme, happé par un destin incompréhensible. SIHAM BOUHLAL nous a lu sa belle poésie, distillée sous un ton triste et rageur, ponctué de sourires vengeurs aux espoirs sans lendemains. Le nouveau recueil fait suite à " Poèmes bleus " (Tarabuste, 2005) et à une autre vision, dédiée corps et âme à Driss BENZEKRI dans "Songes d'une nuit berbère ou la tombe d'épines" (Al-Manar, 2007), où elle dit :

Sous tes mains
Se déploie mon corps
Et soudain porte
L'image de tes yeux
Et soudain sa nudité
Recouvre sa raison
Et soudain ton âme
En élixir coule
Dans mes sens
De quel baume ta bouche
Recouvre ma peau ?
De quelle aimance ta voix
Enveloppe mes os ?
Et dans le recoin de ton sourire
Gisent ma tête et mon cœur
Et s'ouvre mon regard
Sur le bleu de l'océan "

L'écrivaine est née en 1966 à Casablanca dans une famille originaire de Fès. Installée en France depuis plus de vingt ans, elle est titulaire d'un doctorat en littérature de l'université Paris-Sorbonne. Elle est l'auteur notamment de traductions de textes médiévaux (Le livre de Brocart ou la société raffinée de Bagdad au Xème siècle, Gallimard, 2004), comme elle a contribué aux côtés de feu Driss Benzekri et Carlos Freire à la réalisation de l'ouvrage Amazigh ou voyage dans le temps berbère et au numéro spécial "Mémoires d'eau" de Bacchanales.
La signature de son nouveau recueil a rassemblé une foule d'admirateurs dans l'espace convivial du carrefour des livres, loin du brouhaha footballistique limitrophe. La poétesse nous a récité ses poèmes préférés d'une voix mélancolique et douce, une parole savamment sculptée en souvenir des étreintes du passé très récent.
Tarik BOUBIYA


Le Journal hebdo, Casablanca, 4 - 10 octobre 2008


S. Bouhlal invitée en Corse, novembre 2008


S. Bouhlal invitée à la BN du Maroc, janvier 2009

 

Et pour écouter la chronique de Djilali Bencheikh consacrée à Corps lumière :


http://www.radioorient.com/docs/audio/Au_Fil_Des_Pages_22052010.mp3