Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

La barque du pêcheur

le livre, l'auteur, le peintre, la critique

Collection "Poésie"

Tirage courant : 1000 ex tirés sur bouffant ; illustration : Edmond Baudoin

Tirage de tête : vingt exemplaires uniques, rehaussés d'un dessin original de Baudoin.

 

 

 

 

ISBN 978-2-36426-014-6. 17 €

Parution juin 2012

 

 

 

Le livre

Depuis une vingtaine d’années Francis Combes écrit des « poèmes de voyage ». Ceux-ci relèvent d’une conception de la poésie marquée par les « poèmes reportages » de Nâzim Hikmet ou les journaux de voyage de la Beat Generation, notamment d’Allen Ginsberg et Lawrence Ferlinghetti. Poésie qui se revendique ouvertement de « l’universel reportage ». Il a ainsi publié Le Cahier bleu de Chine (2005) et Poèmes du Nouveau monde (2011).
Les poèmes de La Barque du pêcheur réunissent divers voyages dans le monde arabe, des années quatre-vingts à aujourd’hui.
Le regard n’est pas celui du touriste. La plupart de ces voyages avaient des motivations littéraires ou politiques.
Chacun de ces voyages, comme en témoignent les poèmes de La Barque du pêcheur, a été l’occasion d’une rencontre personnelle marquante avec une réalité humaine, sociale, culturelle, très différente de la nôtre mais qui nous touche de près. Ces voyages sont aussi des voyages dans l’histoire ; l’histoire de rapports faits de fascination, d’influences mais aussi d’incompréhensions réciproques entre l’Occident et l’Orient, ou, plus précisément, le Proche et le Moyen-Orient…
Dans ces poèmes, Francis Combes manifeste à travers une langue volontiers familière, à la fois réaliste et lyrique, son empathie en même temps que son goût des contradictions, un sens dialectique de l’humour, ainsi qu’un certain refus de se prendre trop au sérieux, une auto-ironie bien éloignée de tout exotisme ou de toute nostalgie postcoloniale.


La barque du pêcheur, ex 1/20. En frontispice, un dessin original de E. Baudoin


L'une des deux illustrations de E. Baudoin pour La barque du pêcheur

 


La seconde illustration de Baudoin pour La barque du pêcheur (section "Naplouse")

L'auteur
Après une enfance cévenole, Francis Combes s’installe avec sa famille (ses parents enseignants et ses deux frères) dans la banlieue parisienne, à Aubervilliers. C’est là qu’il vit aujourd’hui, avec sa femme journaliste, Patricia Latour.
Il est diplômé de Sciences Po et a fait des études de langues orientales (russe, chinois et hongrois).
Engagé très jeune dans la vie politique – il adhère à la Jeunesse communiste en 1967 – il a occupé plusieurs responsabilités dans le mouvement des jeunes communistes. De 1975 à 1981, il a été secrétaire national de l’Union des étudiants communistes (UEC) et membre du secrétariat national du MJCF (Mouvement de la jeunesse communiste de France). De 1979 à 1985, il a été élu Conseiller général du Val-d'Oise (canton de Sannois – Saint-Gratien). Ce fut le plus jeune Conseiller général de France à cette époque. Il est membre du Parti communiste français depuis 1970 et a été l’un des fondateurs de la Gauche communiste et du journal Le Manifeste.
De 1981 à 1992, il a été l’un des responsables de la revue Europe puis directeur littéraire des éditions Messidor. En 1993, avec un collectif d’écrivains, il a fondé les éditions" Le Temps des Cerise"s, dont il a été le directeu jusqu'en 2012r. Engagé dans la défense de l’édition indépendante, il est l’un des fondateurs de l’Association L'Autre livre dont il a longtemps assumé la présidence.
Poète, il a publié une quinzaine de recueils. Ainsi que des anthologies et quelques ouvrages de proses. Certains de ses poèmes ont été traduits dans diverses langues (arabe, anglais, allemand, italien, tchèque, portugais…). Pendant quinze ans, il a été, avec le poète Gérard Cartier, à l’initiative de la campagne d’affichages poétiques dans le métro parisien, campagne malheureusement suspendue pour le moment par la direction de la RATP.
Il a travaillé avec des musiciens (notamment le compositeur chilien Sergio Ortega) et écrit des chansons et des livrets d’opéra ou de pièces musicales qui ont été portés à la scène.
Il a traduit en français les auteurs Vladimir Maïakovski, Heinrich Heine, Brecht, Attila József, des poètes américains comme Eliot Katz ou Jack Hirschman. Il a adapté des poètes de différents pays (tchèques, espagnols, persans…)
Il a aussi une activité de journaliste, de critique et d’essayiste et a été, pendant les années d’existence du journal, l’un des rédacteurs d’Aujourd’hui Poème. Il écrit aussi régulièrement dans la revue Commune, qui a pris la suite de Commune d’avant guerre, qui était l'hebdomadaire de l’AEAR (l’association des artistes et écrivains révolutionnaires).
Il participe fréquemment à des lectures et a été invité dans différents festivals (Lodève, Trois Rivières au Québec, San Francisco, Montréal, Ramallah, Gaza et Naplouse en Palestine, Sarajevo…) et préside depuis 2012 le Festival de poésie du Val-de-Marne. (source : Wikipedia)


POESIE

Apprentis du printemps, EFR, 1980
L'Amour, la marguerite et l'ordinateur, Messidor, collection La petite Sirène, 1983
Cévennes, ou Le ciel n'est pas à vendre, Ipomée, collection Tadorne, 1986 (Prix RTL de poésie)
Les Petites leçons de choses, collection Commune, trois éditions, (1987, 1995, 1997)
La Dame de la Tour Eiffel, avec une sérigraphie de François Ferret, Contrastes, 1989
Au Vert-Galant jeté en Seine, Europe / Poésie, 1991
La Ballade du cœur insoumis, La Malle d'aurore, 1996
La Fabrique du bonheur, Les Écrits des Forges / Le dé bleu, 2000
Cause commune, Le Temps des Cerises (trois éditions) (2003, 2005, 2008)
Le Cahier bleu de Chine, collection Commune, 2005
La Ballade d'Aubervilliers, Dialectique communication / Le Temps des Cerises, 2007
La Clef du monde est dans l'entrée à gauche, Le Temps des Cerises, 2008
Le vin des hirondelles, Le Petit Pavé, 2011

PROSE

Bal masqué sur minitel,
conte moral, Messidor, 1989
Conversation avec Henri Lefebvre, (en collaboration avec Patricia Latour), Messidor, collection Libres propos, 1991
Les Apologues de Jean Lafleur, Le Temps des Cerises, 1996
La Romance de Marc et Leïla, roman-poème, Le Temps des Cerises, 2000
Les Chroniques de la barbarie, théâtre chanté, collection Commune 2002

TRADUCTIONS

Henri Heine, le tambour de la Liberté, Le Temps des Cerises, 1997
Vladimir Maïakovski, Écoutez, si on allume les étoiles… Le Temps des Cerises, 2005

ANTHOLOGIES

Les plus beaux poèmes pour la paix (en collaboration avec Patricia Latour), Messidor, 1989
101 Poèmes dans le métro, Nouveaux poèmes dans le métro et Poèmes pour voyager (en collaboration avec Gérard Cartier), Le Temps des Cerises, (1994, 1996, 1999)
101 Poèmes sur l'amour, Le Temps des Cerises, 2002
101 Poèmes contre la guerre, Le Temps des Cerises, 2003
La poésie est dans la rue (en collaboration avec Jean-Luc Despax), Le Temps des Cerises, 2008

TRADUCTIONS DES OUVRAGES E FRANCIS COMBES

Le printemps bleu / azrak rabyia, (traduction d'Apprentis du printemps en arabe, par Tahar Ouettar), Alger, ENAP, 1987
Maskenbal auf Minitel (traduction de Bal masqué sur minitel, en allemand, par Gerhard Leo), Berlin, Dietzverlag, 1991
When the Metro is Free (traduction de poèmes de Cause commune, en anglais, par Bob Dixon, dans l'anthologie de la poésie protestataire française publiée par Alan Dent), Smockestack, 2007.

 

Le peintre

Né en 1942. Après avoir passé son enfance et son adolescence à dessiner, il exerce la profession de comptable avant de revenir au dessin en 1971.
Il a collaboré avec des revues de bandes dessinées comme Pilote, (À suivre) et L'Écho des savanes.
De 1999 à 2003, il a été professeur d'art à l'Université du Québec en Outaouais.
Ses albums sont principalement en noir et blanc. Leur originalité graphique se situe entre la peinture et la bande dessinée.
Le fait qu'il utilise des pinceaux pour travailler ses aplats de noir n'est sans doute pas étranger à cela


Récompenses

Alph-Art du meilleur album pour Couma acò, Festival d'Angoulême 1992
Alph-Art du meilleur scénario pour Le Voyage, Festival d'Angoulême 1997
Alph-Art du meilleur scénario pour Les quatre fleuves, Festival d'Angoulême 2001

Albums de bande dessinée

Civilisation, Glénat, coll. Science-Fiction, 1981.
Les sentiers cimentés, Futuropolis, coll. Maracas, 1981 (réédité par L'Association dans le recueil Les Sentiers Cimentés, 2006, (ISBN 2-84414-173-0)).
Passe le temps, Futuropolis, 1982 (réédité par L'Association dans le recueil Les Sentiers Cimentés, 2006, (ISBN 2-84414-173-0)).
La peau du lézard, Futuropolis, coll. Hic et Nunc, 1983 (réédité par L'Association dans le recueil Les Sentiers Cimentés, 2006, (ISBN 2-84414-173-0)).
Un Flip Coca, Futuropolis, coll. Hic et Nunc, 1984 (réédité par L'Association dans le recueil Les Sentiers Cimentés, 2006, (ISBN 2-84414-173-0)).
La Danse devant le Buffet, scénario de Frank, Futuropolis, coll. Hic et Nunc, 1985.
Avis de Recherche, scénario de Frank,Futuropolis, coll. X, 1985.
Un Rubis sur les Lèvres, Futuropolis, coll. Hic et Nunc, 1986 (réédité par L'Association dans le recueil Les Sentiers Cimentés, 2006, (ISBN 2-84414-173-0)).
Le premier voyage, Futuropolis, coll. Hic et Nunc, 1987.
Théâtre d'Ombres, scénario de Frank, Les Humanoïdes Associés, 1987.(ISBN 2731604077)
La Croisée, scénario de Frank, Les Humanoïdes Associés, 1988.(ISBN 273160515)
Baudoin, Futuropolis, coll. 30x40, 1990 (réédité par L'Association sous le titre Le portrait).
Couma acò, Futuropolis, coll. 9, 1991 (réédité par L'Association en 2005) (ISBN 2737627079).
Carla, scénario de Jacques Lob, Futuropolis, coll. 9, 1993.
Abbé Pierre, le défi, Tom Pousse, 1994.
La mort du peintre, Z'éditions, 1995 (réédité par 6 pieds sous terre en 2005).
Éloge de la poussière, L'Association, coll. Eperluette, 1995.
Made in U.S., L'Association, coll. Patte de Mouche, 1995.
Rachid, Seuil, 1995.
Terrains vagues, L'Association, coll. Eperluette, 1996.
Mat, Seuil, 1996.
Le voyage, L'Association, coll. Ciboulette, 1996.
Derrière les fagots, Z'éditions, 1996, en collaboration avec Vincent Caille (réédité par L'Association dans le recueil Les Sentiers Cimentés, 2006, (ISBN 2-84414-173-0)).
Lalin, scénario de Joan Luc Sauvaigo, Z'éditions, 1997.
Nam, L'Association, coll. Patte de Mouche, 1998.
Véro, Éditions Autrement (réédité par Mécanique générale en 2006), coll. Histoires Graphiques, 1998.(ISBN 2922827194)
Piero, Éditions du Seuil|Seuil, 1998.
Le chemin aux oiseaux, scénario de Nadine Brun-Cosme, Éditions du Seuil|Seuil, 1999.
Salade niçoise, L'Association, coll. Ciboulette, 1999.
Chroniques de l'éphémère, 6 pieds sous terre, 1999.
Les quatre fleuves, scénario de Fred Vargas, Éditions Viviane Hamy, 2000.(ISBN 2878581342)
Le chemin de Saint-Jean, L'Association, 2002.
Questions de dessin, Éditions de l'An 2, 2002.
Les yeux dans le mur, en collaboration avec Céline Wagner, Dupuis, coll. Aire Libre, 2003.(ISBN 2800132957)
Araucaria, carnets du Chili, L'Association, coll. Mimolette, 2004.
Le chant des baleines, Dupuis, coll. Aire Libre, 2005.(ISBN 2800136766)
Crazyman, L'Association, 2005.(ISBN 2844141765)
La musique du dessin, Éditions de l'An 2, 2005.
L'Espignole, L'Association, 2006.
Patchwork, Éditions Le 9e Monde, 2006.
La patience du grand singe, en collaboration avec Céline Wagner, Tartamudo, 2006.
"Les essuie-glaces, Dupuis, coll. Aire Libre, 2006.
Le petit train de la côte bleue, 6 pieds sous terre, 2007.
Roberto, 6 pieds sous terre, 2007.
Travesti, L'Association, 2007.
Patchwork, Éditions Le 9e Monde, 2008.
L'Arleri, Gallimard, coll. Bayou, 2008.
Amatlan, l'Association, 2009.
Peau d'âne, d'après le conte de Charles Perrault, Gallimard, coll. Fétiche, 2010.(ISBN 9782070628001)
Le Marchand d'éponges, d'après la nouvelle de Fred Vargas, Librio n°980, 2010.(ISBN 9782290027189)
Tu ne mourras pas, en collaboration avec Bénédicte Heim, Les Contrebandiers Editeurs et Altercomics, 2011. (ISBN 9782915438468)
Viva la vida : Los sueños de Ciudad Juarez, en collaboration avec Troubs, L'Association, 2011. (ISBN 9782844144317)


Illustrations

Les Larmes de la libellule de Jean-Charles Bernardini, éditions Mango Jeunesse, coll. Le cercle magique.
Le Procès-verbal, illustrations du roman de J-M.G. Le Clézio, Futuropolis, 1989.
Harrouda, de Tahar Ben Jelloun, Futuropolis, 1991.
Théorème, de Pier Paolo Pasolini, Futuropolis, 1992.
Le Journal du voleur, de Jean Genet, Futuropolis, 1993.
Les chants de maldoror, de Lautréamont, Z'éditions, 1995.(ISBN 2877201333)
La Diagonale des jours, correspondance avec Tanguy Dohollau, éditions Apogée, 1995.
Rachid, l'enfant de la télé, de Tahar Ben Jelloun, Le Seuil, coll. création jeunesse, 1995.
Picasso : L'Œil et le mot, éditions Mango Jeunesse, coll. l'Œil et le mot, 2000.
Taches de Jazz, Éditions Le 9e Monde, 2002.
Jack London : (Par Charmian London), avec Espérance Racioppi, édition Pierre Terrail, 2006.
La Petite Danube, de Jean-Pierre Cannet, édition Théâtrale, coll. Théâtrale Jeunesse, 2007.
Corpus Song, dessins pornographiques, Six pieds sous terre, 2009.

Portfolios

Chagrin d'Encre, 12 planches en sérigraphie, Éditions Le 9e Monde, 1998, 222 exemplaires.
Chagrin d'Encre 2, 14 plances en sérigraphie, Éditions Le 9e Monde, 2004, 150 exemplaires.
Participation à des ouvrages collectifs[modifier]
Algérie, la douleur et le mal, catalogue d'exposition, Editions BD Boum, 1998, (ISBN 2950845622) (nouvelle reproduite dans le recueil Patchwork, Éditions Le 9e Monde, 2006).
Le Regard des Autres T1, Martin Balcer, d'après une idée originale d'Edmond Baudoin, Éditions Axar, 2009 (ISBN 9782981072504).

(source : Wikipedia)



La critique

France-Culture : Podcastez l'entretien entre Marie Richeux et Francis Combes à propos de La barque du pêcheur en cliquant ici !

Francis Combes : « La barque du pêcheur »

Pour reprendre une expression qui revient comme un leitmotiv, comme un refrain (car le chant n’est pas absent de cette poésie) dans un des derniers poèmes de ce recueil, Francis Combes écrit « le poème de la vie réelle », ce qui fait dire à l’un des protagonistes qui traversent ces vers, « Tu es le dernier poète socialiste », le mot socialiste n’étant pas à prendre dans son sens social-démocrate actuel…
Une poésie profondément inscrite dans l’histoire et dans la tradition du poème reportage de Nazim Hikmet. Sont ici réunis des poèmes nés de divers voyages dans les pays arabes ces dernières années, des poèmes très souvent longs et regroupés en suites. Francis Combes y mêle réflexions politiques, vers narratifs et métaphores, pour faire une poésie qui se veut à l’opposé d’un « cri dans le désert / à la porte d’un hyper marché ». Il n’écrit pas pour les esthètes, on pense parfois aux vers de Gabriel Celaya, à « La Poésie est une arme chargée de futur ». Mais l’image sait être violente et faire mouche car Francis Combes tire à vue sur les agresseurs du peuple de Ramallah : les soldats sont « comme des crabes qui sortent la nuit pour attaquer / et retournent se cacher sous les rochers ».
Si le titre du recueil, « La barque du pêcheur » , fait référence à la Barque du soleil de la cosmogonie égyptienne antique, c’est à une autre cosmogonie que donne naissance Francis Combes, celle qui secoue les pays arabes depuis quelques années. La lucidité traverse ces vers, Francis Combes ne gomme pas les contradictions qui sont à l’œuvre contrairement aux commentateurs politiques qui s’enthousiasment facilement pour les révolutions arabes ou s’indignent vertueusement des crimes commis par tel ou tel pouvoir aux abois pour mieux masquer leur défense de l’ordre mondial et du capitalisme : on pense alors au « Guêpard » de Lampedusa et à son célèbre mot « Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change ». Mais Francis Combes ne ferme pas la porte à l’avenir, il sait que l’histoire est faite par les hommes, dans des conditions données et que tout est possible. Pas d’opportunisme mais une attente tendue et teintée d’espoir : « Que va-t-il se passer ? / Mektoub… / Les petits voleurs vont se mettre à courir dans les rues / Et les plus grands / vont courir les chancelleries / pour voler au peuple / sa révolution ». En fin dialecticien, Francis Combes remet sur ses pieds la réalité, cette réalité qui ne correspond pas à celles des agences de voyage ou des discours intéressés des politiciens. Mais il n’oublie jamais la poésie, il ne sombre pas dans la propagande. Avec « Beyrouth, le guerrier et le troubadour », le lecteur se souvient du « Fou d’Elsa » d’Aragon. Francis Combes y mêle vers, vision contemporaine de Beyrouth, rappels historiques, méditations sur la poésie amoureuse arabe et ses représentants mise en regard de celle des troubadours… dans le but de mettre en lumière une sorte de fraternité poétique entre les hommes de cultures différentes. Une poésie à hauteur d’homme, pour reprendre une expression convenue…

Lucien Wasselin, Revue Texture

(Francis Combes, « La barque du pêcheur », illustrations d’Edmond Baudouin. Éditions Al Manar, 134 pages, 17€.)