{  } Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Au milieu d'Amman

le livre , l'auteur, le peintre, la critique

Collection "Approches & Rencontres"

 

 

Livre typographié au plomb
au format 16 x 11 cm,
sur Bouffant édition
et Vélin d'Arches 250 gr. pour le tirage de tête.

Dessins de Hani Zurob.

 

16 exemplaires de tête, sous couverture ivoire ;
4 exemplaires de chapelle,
tous rehaussés de dessins originaux
par Hani Zurob.

Tous les exemplaires sont numérotés et signés
par l'auteur et par l'artiste.

ISBN 978-2-913896-64-2
DL septembre 2008. 10 €

Le livre

Quand on se rend en Jordanie, c'est généralement pour son désert, Pétra ou la Mer Morte. A Amman on ne fait que passer, comme les pèlerins descendant du Nord qui vont à La Mecque. C'est justement dans cette ville de passage, pas très belle, avec ses montagnes éreintantes, que le poète arabisant David Dumortier a choisi de rêver. La rêverie est un temps délicieux à s'offrir et Amman mérite le détour, si l'on veut faire halte sur son propre voyage. Ce livre nous propose de nous y arrêter plus longuement, pour prendre son rythme, son odeur, et peut-être entendre notre écho entre ses pentes.

Hani Zurob, peintre palestinien actuellement installé à Paris, a créé la couverture de ce livre. Le tirage de tête (20 ex. sur velin d'Arches) est rehaussé de ses peintures.


Chacun des exemplaires de tête est unique : chacun est rehaussé différemment par Hani Zurob...


un autre exemplaire de tête

L'auteur

David Dumortier est né en 1967 dans les Charentes et vit aujourd’hui à Paris. Outre en France, il a vécu dans différents pays : en Syrie, en Jordanie, en Egypte. Il a longtemps travaillé dans le milieu psychiatrique. Il a publié une dizaine d’ouvrages et intervient régulièrement dans les milieux scolaire, pénitentiaire et associatif.
Il a également publié ses textes dans différentes revues, notamment Décharge. Le Collectif Impulsions en la personne de Séverine Recouvrot a joué À l’heure des poules, spectacle jeune public, inspiré, entre autres, de son ouvrage La Clarisse.
David Dumortier est souvent iconoclaste, très attaché aux réalités concrètes avec en arrière plan un point de vue politique engagé.

Le peintre

Hani Zurob naît dans le camp de réfugiés de Rafah en Palestine en 1976.

Il part pour Naplouse (Cisjordanie) en 1994, où il obtient une Licence d’arts plastiques, spécialisation peinture à l’huile, à l’université al-Najah en 1999, avant de s’installer à Ramallah jusqu’en 2006.
A Ramallah, il présente trois expositions individuelles, la dernière en 2006 qui ne porte pas de nom : un projet de recherche sur le thème du siège effectué grâce à une subvention du Centre Khalil Sakakini qui, par la même occasion, accueille l’exposition dans ses murs.
En 2006, il obtient un séjour artistique à la Cité internationale des arts à Paris, où il présente « Sortie », sa première exposition individuelle à l’extérieur de la Palestine.
Empêché de rentrer à Ramallah, il s’installe à Paris.
Deux expositions parisiennes en 2007 : « Le Barrage », à la Galerie Europia, et « La Guerre des billes », à la Galerie du Crous Beaux-Arts.

 

La critique

David Dumortier, une I.D. de Claude Vercey

(...) L’ouvrage le plus récent de ce poète : « Au milieu d’Amman » (chez Al Manar - 2008), une suite de poèmes en prose nés d’une résidence en Jordanie, en cette « ville pas trop belle », - en conséquence de quoi « le poème que j’écris sur cette capitale arabe pourra aussi être un peu mal écrit ». On retrouve cette manière, caractéristique du style de David Dumortier, de tourner autour des choses, comme si, à être désignées trop abruptement, les choses risquaient de s’en froisser. Quant à la ville elle-même : pierres, poussière, montagnes. Sécheresse extrême, surtout : à Amman on boit beaucoup de café parce qu’il n’y a pas d’eau. Des textes à divers niveaux d’écriture : de la transcription de propos entendus, brèves de rue, amusantes et anecdotiques, à une récréation du réel, que cette ville ingrate paraît imposer à qui veut y survivre :

Si un homme désire s’ennuyer, c’est à Amman qu’il doit s’établir. L’abondance d’ennui qu’offre cette ville est telle qu’il trouvera plein d’idées dans son ennui.

C’est cette capacité d’échapper à la pesanteur réaliste, à l’image des emblématiques cerfs volants qui survolent la ville, qui donne son prix à ce livre : dans ces proses où la rêverie fait d’Amman une cité imaginaire, à ranger auprès de celles décrites par le Marco Polo d’Italo Calvino.

Je découvre aussi en l’occasion les éditions Al Manar qui ont développé un catalogue important, au service des arts et littératures du monde de la Méditerranée, et où se nichent les noms familiers de Vénus Khoury-Ghata, Tahar Bekri, Abdellatif Laâbi, ou Amina Saïd. Surprise, de trouver dirigeant ces publications, un certain Alain Gorius, nom qui ne nous est pas inconnu puisqu’il apparaît par deux fois en tant qu’auteur au cours des dix premières années de Polder: Au creux du monde (Polder n° 7 – 1982) et Sang noir (Polder n° 59 – 1990), « encadrent en quelque sorte les dix ans de Polder ici anthologisés » écrivait à leur propos Jacques Morin dans Génération Polder, parue à la Table rase en 1990. « Je crois, ajoutait-il, que (l’auteur) n’a publié que deux fois. Ici, puis ici. » Saluons donc ce revenant, avec le secret espoir qu’Alain Gorius acceptera un jour d’évoquer pour nous son itinéraire, ici même ou dans la revue ...

Référence : David Dumortier – « Au milieu d’Amman » chez Al Manar – 10€ . Jacques Morin en rendra rompte à son tour dans Décharge n° 140, bientôt dans vos boites à lettres.

Revue Décharge

David Dumortier : AU MILIEU D'AMMAN (Al Manar)

D'abord saluer l'éditeur Al Manar, en la personne d'Alain Gorius, qui fut par deux fois Polder (n° 7 en 1982 et 59 en 1990), au tout début de l'aventure. David Dumortier (Polder n° 94 en 1997) a vécu en Jordanie et souhaite donner ses impressions de la capitale Amman, moins courue par les touristes que Pétra ou la mer Morte. A sa manière, à coups d'observations, justes ou drôles, en suivant sa pente à la fois rêveuse et inventive, David Dumortier photographie la ville, entre son manque d'eau, son aridité de pierre et ses cerfs-volants qui encombrent le ciel. Il recense les montagnes qui l'entourent, telle Rome. On lit les anecdotes, les choses vues, les propos entendus... on peut se faire une idée concrète d'Amman entre un certain rythme de vie, les encombrements nourris de klaxons, une relative lenteur des choses mâtinée de l'ennui du temps qui ne passe pas. Autant de pages dans tous les sens, autant de poèmes.

Jacmo, Décharge n° 140

David Dumortier : AU MILIEU D'AMMAN (Al Manar)

Les textes de David Dumortier sont, le plus souvent, de petits fragments en prose qui racontent le monde à travers, essentiellement, les habitants de ce monde (...) autant de textes qui disent les gens, anonymes, croisés, familiers, aimés, gens de la campagne ou gens des villes, qui disent leurs façons de se tenir dans la vie, leurs mots pour s'adresser aux autres, comme par exemple les habitants de la ville d'Amman, hommes au travail ou hommes cerfs-volants...
Cette ville-là, capitale en désordre, est une ville de passage pas très belle et on comprend que c'est aussi de ces lieux-là, qui ressemblent aux gens qui y vivent, que David Dumortier a envie de nous parler. Des êtres et des territoires a priori pas splendides, qui ne brillent pas, qui ne retiennent pas l'attention par du clinquant ou du doré, mais qui sont au contraire imparfaits, un peu cabossés, voire laids. Autant de sujets abordés résolument du côté du vivant, et avec ce travail sur la langue qui est aussi un jeu avec la langue, une façon au bout du compte très très humaine de partager le monde reçu.

Albane Gellé
Revue N4728

David Dumortier : AU MILIEU D'AMMAN (Al Manar)

Ce recueil de moments de prose est une sorte de poème éclaté à la mesure, oou plutôt à la hauteur de la capitale jordanienne coincée entre les montagnes et qui se découvre "comme un poisson noyé dans le sable". Mais au-delà de cette apparence statique, c'est une ville qui grouille, au sol comme au ciel : habitants, embouteillages, pentes constantes, poussière en suspens, paradis des cerfs-volants. Amman, ou plutôt le poème qu'en dresse l'auteur, n'est jamais au repos, jamais fixé, et le texte lui-même, mu par exemple par les nombreuses métaphores qui donnent un double mouvement au réel (celui du regard croise naturellement celui des mots), prend à certains endroits une distance par rappport à l'écriture même, qui l'empêche de se figer et de nous figer. Le texte par ailleurs charge cette ville d'une dimension charnelle et lui offre une forme de sensualité attachante, qui ouvre ce lieu topographiquement clos.

Ludovic Degroote
Cahiers Critiques de Poésie 18, octobre 2009


AU MILIEU D'AMMAN, de David Dumortier

David Dumortier était à Amman en 2008, une ville où on s’ennuie un peu mais qui laisse « la nuit s’asseoir par terre, les chiens marcher pieds nus », et « la pluie ne pas venir ». Une ville qui a « d’autres soucis que de séduire un homme qui ne reviendra plus », qui attend votre retour donc, parce que les « cerfs-volants meurent sur des fils électriques », parce qu’il y a tellement de phrases et de mots qu’on s’efforce de ne pas les laisser tomber dans l’oubli, déjà qu’il n’y a pas d’eau, pas de source, mais des pierres, sur lesquelles on pourrait poser des bougies.

Les cerfs-volants s’accrochent aussi aux fils électriques d’autres villes, comme au Bangladesh dans un poème d’Amirul Arham.

Marc Verhaverbeke
blog "Main tenant"