Collection "Aimance", dirigée par A. Khatibi

Aimance

le livre , l'auteur , l'illustrateur, la critique

Éditions Al Manar Arts et littérature des pays du Sud méditerranéen

Quarante exemplaires de tête sur Vélin d’Arches
rehaussés d'une gravure originale
de Gérard Titus-Carmel ;

 

1000 exemplaires sur Arcoprint Edizioni.

 

 

 

L'exemplaire courant : 25 €

(La gravure, tirée à part grandes marges, est disponible.)

ISBN 2-913896-21-9

janvier 2004

 

Le livre

Les trois textes fondateurs de la philosophie poétique de l'aimance, rassemblés en un seul livre :

- Une première version de Nouveau mode courtois a été publiée sous le titre de Dédicace à l'année qui vient (tirage épuisé), Fata Morgana, 1986.- Les deux Livres de chevet : première version dans Par-dessus l'épaule, Aubier, 1988.

- En guise de souffrance

"Aimance : un simple nom commun ? Le prénorn qu'une femme porterait à merveille ? Le mot d'un secret, révélé par l'esprit de discernement et de sollicitude sur toute plage de désir ?

J'appelle "aimance" cette langue d'amour qui affirme une affinité plus active entre les êtres, qui puisse donner forme à leur affection mutuelle et à ses paradoxes. Je suis convaincu qu'une telle affinité est à même de libérer entre les partenaires un certain espace inhibé de jouissance. Un lieu de passage et de tolérance, un savoir vivre-ensemble entre genres, sensibilités et cultures diverses.

L'Aimance ne se substitue pas à l'amour en tant que mot et fragment du réel, elle le prolonge. En dégageant un lieu encore silencieux, elle ne résout aucune énigme ; elle en propose une autre, qui soit un dialogue plus sensible entre corps et esprit.

Ce qui est commun à l'amour, à la haine et à leur instabilité, c'est notre aveuglement devant l'attrait de la souffrance. L'aimance ne nie pas cette souffrance. Son seul principe - principe d'incertitude qui régit le bonheur et la complexité d'aimer - est de maintenir notre capacité d'entrer perpétuellement en aimance, à travers les déceptions mêmes, et d'adoucir cette souffrance, grace à l'expérience faite pensée. Prendre le risque de savoir ce qu'on est en train de vivre n'est pas en soi un surplus de désarroi.

L'aimance s'est incarnée, depuis toujours, dans la poésie, qui est profondérnent affectée par une certaine complaisance à la joie mélancolique et à l'amour impossible. Elle renvoie aussi à la belle et subtile tradition de l'amour courtois. Il s'agit de l'inventer de nouveau, sous le signe de la création et de la tolérance, sollicitant écrivains, artistes, penseurs, à un savoir vivre ensemble international, tourné vers toute œuvre de civilisation. L'art ne justifie-t-il pas la vie ?

A. Khatibi

L'auteur


A. Khatibi

Abdelkébir KHATIBI, sociologue et philosophe de formation, est un écrivain protéiforme. Romancier, poète, essayiste, dramaturge, critique d'art, philosophe du langage et de la politique… A. Khatibi a exploré avec un égal bonheur toutes les voies de la création littéraire.
Une trentaine de titres jalonnent son itinéraire d'écrivain, parmi lesquels on retiendra La mémoire tatouée, Denoël, 1971, Le livre du sang, Gallimard 1979 et 1986, Amour bilingue, Fata Morgana, 1983, Dédicace à l'année qui vient, Fata Morgana, 1986, Un été à Stockholm, Flammarion, 1990, L'art calligraphique de l'Islam (avec M. Sijelmassi), Gallimard, 1994, Le roman maghrébin, SMER, Rabat, 1980, Par-dessus l'épaule, Aubier, 1988, Paradoxes du sionisme, Al Kalam, Rabat, 1989, Penser le Maghreb, SMER, Rabat, 1993, La civilisation marocaine (sous sa direction et celle de M. Sijelmassi), Actes Sud et Editions Oum, Casablanca, 1996, La langue de l'autre, éditions Les mains secrètes, New York, 1999, Pélerinage d'un artiste amoureux, Editions du Rocher, Paris, 2003, Le corps oriental, Hazan, Paris, 2003. Voeu de silence, essai sur la poésie de Rainer-Maria Rilke, est paru aux éd. Al Manar en février 2000  et L'Art contemporain arabe en 2001.
Suivront, aux éditions Al Manar, La Marche de l'ombre, Aimance, Quatuor poétique et Jacques Derrida, en effet.

Il décède à Rabat le 16 mars 2009. Patrick Chamoiseau lui rend immédiatement hommage :

POUR ABDELKEBIR KHATIBI

Frère, tu savais les abîmes de la langue, ce qu'elle dérobe et qu'elle offre aux déroutes des langages, ce qu'elle nourrit de vertiges dans le désir des autres langues, tu savais aussi que raconter c'était saisir l'obscur, fréquenter l'indicible, la difficulté d'être avec tous mais au plus singulier, dans le partage sans concessions mais au plus différent, et trouver dans les tumultes du monde l'effervescence secrète, essentielle, où l'esprit vit le monde, en Guerrier, invente des peuples et des manières, va le mystère de la chose tissée et des calligraphies, et nous invente des horizons encore vifs d'être tatoués, portés haut à même la poussière du Maroc... Tu savais aussi l'amour, qui ouvre tant, toujours, et dont sait se nourrir cette orchidée à qui je donne ton nom...

Patrick Chamoiseau

 



Gravure originale de Titus-Carmel pour Aimance

L'illustrateur
Gérard Titus-Carmel
est l'un des peintres essentiels de la seconde moitié du vingtième siècle en France. Son oeuvre poétique est également important.



G. Titus-Carmel, peintre et poète

Signature de Aimance à la librairie "La Terrasse de Gutenberg", Paris. Lecture, par la comédienne Carole Sokolowski.
Au fond : Kenneth Brown, et Mme.

M. et Mme J. Maheu, pendant la lecture.


Signature à "La Terrasse". On reconnaît dans l'assistance Jean Blot, président du Pen Club, Jean Maheu, Joan Titus-Carmel, Aïcha Arnaout, Sakher Farzat...